Le parc nucléaire français, le deuxième au monde avec 58 réacteurs

Le parc nucléaire français, le deuxième au monde avec 58 réacteurs
La centrale nucléaire de Cattenom en Lorraine, le 17 octobre 2017JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN

Le parc nucléaire français qu'une enquête parlementaire préconise de rendre plus sûr, est le deuxième plus important au monde derrière celui des Etats-Unis (99 réacteurs), avec 58 réacteurs et une puissance de production de 63.000 mégawatts (MW).

Les centrales nucléaires françaises réparties sur 19 sites fournissent plus de 70% du total de l'électricité produite dans le pays, ce qui est de loin la plus forte proportion au monde devant la Slovaquie (54%), l'Ukraine (52%), la Belgique (52%) et la Hongrie (51%).

Les 58 réacteurs en activité utilisent tous la technologie dite de deuxième génération, à eau pressurisée et sont gérés par EDF. Parmi ceux-ci, on compte 34 réacteurs de 900 MW qui produisent chacun en moyenne de quoi fournir de l'électricité à 400.000 foyers. Il y a aussi 20 réacteurs de 1.300 MW et quatre de 1.450 MW.

- Fessenheim, doyenne des centrales -

Mise en service en 1977, Fessenheim (Haut-Rhin), située le long du Rhin, est la doyenne des centrales encore en activité. Elle devait fermer définitivement entre fin 2018 et début 2019. Mais cette fermeture pourrait être repoussée à l'été 2019 en raison d'un nouveau retard dans l'entrée en service de l'EPR de Flamanville.

Le groupe d'électricité public estime la durée de vie de ses centrales de deuxième génération à au moins 40 ans. Des organisations écologistes et anti-nucléaires contestent cette analyse comme le réseau Sortir du nucléaire qui estime que le parc français est "vieillissant" ce qui entraîne une dégradation "inévitable" de la sûreté.

Unique producteur d'électricité nucléaire en France, EDF a indiqué en janvier 2018 qu'il ne souhaitait pas arrêter d'autre réacteur que Fessenheim avant 2029.

Le coût brut du démantèlement de l'ensemble des 58 réacteurs à eau pressurisée a été estimé fin 2015 à 75 milliards d'euros par EDF, selon un rapport parlementaire de février 2017 qui a jugé sous-estimé ce montant.

EDF a déjà procédé à des démantèlements: neuf réacteurs de première génération mis en service entre 1963 et 1986 qui utilisent généralement la technologie graphite-gaz, ont été mis définitivement à l'arrêt pour être démantelés, notamment sur les sites de Chinon-A (Indre-et-Loire), Saint-Laurent-des-Eaux (Loir-et-Cher) et Bugey (Ain).

- Part du nucléaire réduite d'ici 2030/35 -

Le gouvernement a revu à la baisse, fin 2017, ses ambitions de réduction de la part du nucléaire dans la production électrique. Il est désormais prévu de ramener cette part à 50% d'ici à 2030 ou 2035 alors qu'avant l'échéance avancée était 2025.

La plupart des sites en activité ont commencé à fonctionner dans les années 80. C'est par exemple le cas pour Tricastin (Drôme), Gravelines (Nord), Chinon-B (Indre-et-Loire), Flamanville (Manche) ou Cattenom (Moselle).

Les centrales les plus récentes sont celles de Chooz (Ardennes), entrée en service en 2000 et de Civaux (Vienne) qui a démarré en 2002.

Un réacteur dit de troisième génération, baptisé EPR pour réacteur pressurisé européen, est en cours de construction depuis 2007 à Flamanville.

Mais cette nouvelle technologie présentée comme le "fleuron" de la filière nucléaire française avec une puissance élevée de 1.650 MW par réacteur et des systèmes de sauvegarde multipliés, accumule retards et déboires.

L'EPR de Flamanville devrait être mis en service courant 2019, pour une durée de vie estimée de 60 ans alors qu'à l'origine, il devait entrer en service en 2012. Un nouveau retard est encore à prévoir en raison de problèmes de soudures, a indiqué mercredi EDF.

Sources: AFP, EDF, le gestionnaire public du réseau de transport d'électricité RTE et l'association américaine des industries nucléaires Nuclear Energy Institute (NEI).

Vos commentaires