En ce moment
 
 

Records pour le Dow Jones et le S&P 500 à Wall Street, le Nasdaq aussi en hausse

Records pour le Dow Jones et le S&P 500 à Wall Street, le Nasdaq aussi en hausse
La façade du New York Stock ExchangeSPENCER PLATT
 

A découvrir

 

La Bourse de New York a terminé lundi sur de nouveaux records, poussée dans le dos par une série de publications d'entreprises qui séduit les investisseurs, plaçant pour un temps au second plan la macroéconomie.

Le Dow Jones a fini sur un nouveau record, après celui de vendredi, à 35.741,15 points, en hausse de 0,18%. L'indice élargi a lui aussi atteint un sommet, à 4.566,48 points, en progression de 0,47%, tandis que le Nasdaq a également clôturé dans le vert, prenant 0,90%, à 15.226,70 points.

"Nous conseillons toujours aux investisseurs de se concentrer sur la saison des résultats", a fait valoir Sam Stovall, responsable de la stratégie d'investissement du cabinet CFRA.

"C'est normalement à ce moment là que le marché se comporte le mieux", a-t-il poursuivi, "parce que les entreprises contrôlent le flux des annonces, plutôt que d'autres informations, qui sont souvent négatives."

L'avertissement sur résultats du spécialiste des produits d'hygiène Kimberly-Clark (Kleenex et les couches Huggies notamment), avant Bourse, n'a pas suffi à ternir la bonne humeur des opérateurs. Le géant de la grande consommation a ainsi répercuté dans ses prévisions les hausses de coûts et les problèmes d'approvisionnement, ce qui lui a valu de céder 2,20% lundi, à 130,11 dollars.

Quant à Facebook, bien qu'ayant raté la cible pour le chiffre d'affaires et le nombre d'utilisateurs sur le troisième trimestre, publiés après Bourse, son titre n'en était pas moins en hausse dans les échanges électroniques après la clôture (+3,96% à 341,70 dollars).

"Il y a un biais positif", a insisté Sam Stovall, malgré les craintes sur un ralentissement de l'économie et surtout sur l'inflation qui s'installe chaque jour un peu plus dans le paysage, après avoir été sous contrôle depuis quasiment 30 ans.

"Nous pensons que l'inflation est un problème", explique Sam Stovall, "mais ce n'est pas pour tout de suite. C'est en milieu d'année prochaine que cela va commencer à vraiment avoir un impact sur le marché."

En attendant, "nous voyons des signes qui montrent que le marché pourrait encore monter durant les deux derniers mois de l'année", a avancé Ryan Detrick, responsable de la stratégie pour LPL Financial.

A la cote, c'est Tesla (+12,66% à 1.024,86 dollars) qui a attiré les regards lundi et franchi, pour la première fois, mille milliards de capitalisation boursière. Le constructeur automobile a ainsi rejoint un cercle très fermé, qui comprend Amazon, Alphabet (Google), le Saoudien Aramco, Microsoft et Apple.

La mèche avait été allumée avant même l'ouverture du marché, avec l'annonce d'une commande massive à Tesla de 100.000 véhicules par le loueur Hertz, qui veut développer son offre de voitures électriques, encore en quantité restreinte dans son secteur.

Dans un autre coin du secteur des technologies et d'internet, Pinterest a dévissé (-12,71% à 50,68 dollars) après que PayPal a annoncé dimanche ne pas être intéressé "actuellement" par un rachat de la plateforme qui mélange site pour créateurs et réseau social. PayPal, en revanche, a pris de la hauteur (+2,70% à 246,88 dollars).

La jeune société spécialisé dans les cryptomonnaies Bakkt a été mise en orbite (+234,43% à 30,60 dollars) par l'annonce d'un partenariat avec Mastercard, qui va porter sur l'émission de cartes de crédit ou de débit offrant des points fidélité en monnaie virtuelle.

Dans son sillage, la plateforme d'échanges de devises numériques Coinbase a grimpé de 8,21% à 325,54 dollars.

  1. Nasdaq

 




 

Vos commentaires