En ce moment
 

Réforme de l'audiovisuel public: les téléspectateurs consultés à l'automne

"Il n’y aura pas de plan de licenciement" lié à la réforme de l'audiovisuel public, assure Delphine Ernotte, la patronne de France Télévisions, qui promet aussi "une consultation" des téléspectateurs à propos des programmes.

La ministre de la Culture Françoise Nyssen a présenté lundi ses premières pistes pour réformer l'audiovisuel public, avec notamment le renforcement des programmes régionaux ou encore le basculement de France 4 en tout numérique.

"Partout en Europe, les jeunes passent plus de temps devant leur ordinateur ou leur smartphone que devant leur poste de télévision. Cette réforme vise à s'adapter à une tendance qui ne cesse de s'amplifier", justifie Delphine Ernotte dans une interview au Parisien à paraître dimanche, sans donner de calendrier pour la suppression de France 4, chaîne publique dédiée à la jeunesse, de la TNT.

"On doit faire des économies et la redevance n'augmentera pas… Il est normal que l’audiovisuel public participe aux efforts demandés à tous les étages de l'Etat", plaide Mme Ernotte.

Face à l'inquiétude des professionnels du film d'animation, elle assure que "nous continuerons à soutenir fortement cette filière". "Le budget dédié à la création restera stable, voire en hausse", promet-elle.

Dans le cadre de la réforme de l'audiovisuel public, "on va remettre totalement à plat nos offres, réinventer nos chaînes", assure Delphine Ernotte, qui assure que les téléspectateurs vont y gagner "une télévision dans laquelle chacun trouvera son compte".

"C'est un énorme chantier qui prendra du temps. Nous lancerons d'ailleurs une consultation auprès de nos téléspectateurs cet automne", annonce-t-elle.

Malgré tous ces changements, "il n'y aura pas de plan de licenciement", assure encore la présidente de France Télévisions. "Nous réduisons déjà les effectifs année après année", rappelle-t-elle. "Il faut embarquer tous les salariés dans cette transformation, sinon on n'y arrivera pas."

Interrogée sur la possibilité d'utiliser le canal de télévision qui sera libéré par France 4 pour la chaîne Franceinfo, elle répond: "Ce canal 14 ne nous appartient pas. C’est la mission du CSA de gérer les canaux".

"Mais je prône un rapprochement de toutes les chaînes d"info (NDLR : BFM et CNews sont sur les canaux 15 et 16 et LCI et Franceinfo sur les 26 et 27)", ajoute Mme Ernotte.

Vos commentaires