En ce moment
 
 

Wall Street en ordre dispersé à l'ouverture après une déception sur l'emploi

Wall Street en ordre dispersé à l'ouverture après une déception sur l'emploi
Le New York Stock Exchange (NYSE) à Wall Street (New York), le 23 mars 2021Angela Weiss
 

A découvrir

 

La Bourse de New York évoluait en ordre dispersé jeudi quelques minutes après l'ouverture, examinant des chiffres hebdomadaires décevants sur le chômage aux Etats-Unis.

Vers 14H15 GMT, le Dow Jones lâchait 0,07% à 34.772,03 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, montait de 0,21% à 14.662,70 points. L'indice élargi S&P 500 avançait de 0,05% à 4.360,81 points.

La veille, ces indices avaient terminé en hausse pour la 2e séance d'affilée après un fort décrochage lundi.

L'indice Dow Jones avait conclu en hausse de 0,83% à 34.798 points. Le Nasdaq avait avancé de 0,92% à 14.631,95 points. Le S&P 500 avait gagné 0,82% à 4.358,69 points.

Avant la publication des statistiques du ministère du travail, les contrats à terme étaient dans le vert lors des échanges préalables à l'ouverture du marché.

Mais la hausse inattendue des nouvelles demandes d'allocations chômage, à 419.000 au lieu des 360.000 attendus, a coupé l'élan des investisseurs.

"Les gains de pré-séance ont été rognés par l'accélération inattendue des inscriptions au chômage", notaient les analystes de Schwab.

Pour autant, "les marchés semblent accepter la perturbation que peut représenter la propagation du variant Delta dans le monde et la probabilité qu'on ait atteint un pic en terme de bénéfices comme de croissance économique", ajoutaient-ils.

Parmi les indicateurs, les ventes de logements anciens sont reparties à la hausse en juin après quatre mois de baisse, augmentant toutefois un peu moins qu'attendu.

Le nombre de biens anciens qui ont été vendus en juin a grimpé de 1,4% en juin par rapport à mai, avec 5,86 millions de maisons et appartements en rythme annualisé, selon la Fédération nationale des agents immobiliers américains (NAR).

Les analystes s'attendaient à une plus forte hausse, à 5,90 millions de biens vendus.

La saison des résultats continuait par ailleurs de battre son plein, accueillie de façon mitigée par les investisseurs.

La compagnie American Airlines a dégagé un bénéfice net trimestriel pour la première fois depuis le début de la pandémie, reflétant le retour des passagers au fur et à mesure de la campagne de vaccination.

L'entreprise a gagné 19 millions de dollars d'avril à juin alors qu'elle avait encaissé une perte nette de 2,1 milliards de dollars à la même époque l'an dernier. Malgré ce retour aux bénéfices, American Airlines perdait plus de 2%.

En dépit d'un chiffre d'affaires en hausse au deuxième trimestre, sa concurrente Southwest Airlines a encore accusé une perte, hors éléments exceptionnels, et était sanctionnée par le marché où l'action perdait plus de 3%.

Le groupe américain Dow, qui fabrique des matériaux et produits pour les industriels, abandonnait également presque 1% malgré une forte demande pour ses produits et un bénéfice trimestriel quasiment doublé par rapport au trimestre précédent à 1,9 milliard de dollars.

La plateforme de streaming video Netflix, en chute de 3,28% la veille après la publication de comptes trimestriels en hausse mais dénotant une saturation de son marché, continuait de lâcher du lest (-0,66%).

Après la clôture de la Bourse, les investisseurs guetteront les comptes trimestriels d'Intel et de Twitter.

Les rendements de la dette américaine à 10 ans se repliaient légèrement à 1,2716% contre 1,2884%.

  1. Nasdaq




 

Vos commentaires