Wall Street ouvre en hausse, tentant de conserver ses gains des dernières séances

Wall Street ouvre en hausse, tentant de conserver ses gains des dernières séances
La statue de George Washington et un sapin de Noël devant la Bourse de New York, le 30 novembre 2018.Angela Weiss

A découvrir

La Bourse de New York montait à l'ouverture vendredi, tentant de conserver les gains engrangés au cours des deux dernières séances pour finir un mois difficile sur une note positive.

Vers 15H00 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average gagnait 0,34% à 23.218,53 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, avançait de 0,33% à 6.601,13 points.

L'indice élargi S&P 500 s'appréciait de 0,45% à 2.500,02 points.

Sur des montagnes russes depuis le début de la semaine, Wall Street avait de nouveau été le théâtre d'un retournement spectaculaire jeudi en toute fin de séance, ce qui lui avait permis de finir dans le vert après un début de journée compliqué: le Dow Jones avait terminé en hausse de 1,14% et le Nasdaq de 0,38%.

"Ce revirement après une autre journée de gains importants (mercredi) aide certainement à stimuler l'état d'esprit du marché", ont remarqué les analystes de Bespoke. Si Wall Street finit dans le vert vendredi, il s'agirait de la première fois depuis novembre que Wall Street engrange trois séances consécutives positives.

De quoi rasséréner un peu les investisseurs après plusieurs semaines chahutées: même avec l'avancée des derniers jours, le S&P 500 s'affichait toujours, avant l'ouverture, en baisse de 9,8% depuis le début du mois, ce qui correspond à son pire mois de décembre depuis 1931.

"Le fait que les gestionnaires d'actifs doivent acheter des actions pour rééquilibrer leurs portefeuilles (et maintenir le ratio habituel entre obligations et actions, ndlr) pourrait alimenter la progression des indices", ont souligné les analystes de Bespoke.

D'autres observateurs mentionnaient le fait que les prix des actions ont, selon des critères techniques, plongé trop rapidement ou qu'ils sont désormais à des niveaux de valorisation particulièrement attractifs.

- Dell fait son retour -

Pourtant, a relevé Patrick O'Hare de Briefing, "la situation reste tendue à Washington. Les mesures budgétaires ne seront pas adoptées par le Congrès avant la semaine prochaine, au mieux, (...) puisque les leaders démocrates et le président continuent à s'opposer sur la question du financement d'un mur à la frontière avec le Mexique".

Les administrations fédérales restent donc partiellement fermées pour le septième jour consécutif, retardant entre autres la diffusion de certains indicateurs.

Le marché obligataire se redressait un peu, le taux d'intérêt sur la dette à dix ans des États-Unis reculant à 2,750%, contre 2,766% jeudi à la clôture, et celui à 30 ans à 3,034%, contre 3,056% la veille.

Sur le front des valeurs, Tesla montait de 1,89%. Le fabricant de véhicules électriques dirigé par Elon Musk a nommé deux nouveaux membres indépendants à son conseil d'administration -- le fondateur d'Oracle Larry Ellison, emblématique figure de la Silicon Valley, et Kathleen Wilson-Thompson, directrice des ressources humaines des pharmacies-drogueries Walgreens Boots Alliance -- dans le cadre d'un accord avec le gendarme américain de la bourse.

Procter & Gamble (+1,08%) et IBM (+0,60%) ont de leur côté annoncé que Kenneth Chenault, l'ancien patron d'American Express, quitterait en février leur conseil d'administration. Ce dernier est aussi membre du conseil d'administration de Facebook (-0,46%).

La séance marque par ailleurs le retour de Dell en Bourse sous le symbole "DELL". Cinq ans après avoir quitté Wall Street, le fabricant d'ordinateurs revient via une opération complexe d'échanges de titres avec VMware, une société qu'il détient indirectement depuis 2016, et son titre prenait à cette occasion 3,25%.

  1. Nasdaq

Vos commentaires