Allemagne: l'heure de vérité pour Merkel sur les migrants

(Belga) Angela Merkel, acculée sur le dossier migratoire, espère résoudre dimanche in extremis une crise politique majeure qui menace son avenir, grâce à un durcissement de la politique d'accueil tant au niveau national qu'européen.

"Dernier acte", titre le quotidien Süddeustche Zeitung avant des réunions cruciales dans la journée de l'aile la plus conservatrice de la coalition gouvernementale allemande, le parti bavarois CSU, puis du parti démocrate-chrétien de la chancelière, la CDU. Entrée en rébellion contre la politique migratoire à ses yeux trop laxiste d'Angela Merkel, la CSU bavaroise doit dire en fin d'après-midi si elle juge ou non suffisantes les mesures mises sur la table par la chancelière centriste en matière d'asile. Le ministre de l'Intérieur et chef de file des conservateurs bavarois, Horst Seehofer, lui avait posé un ultimatum. Il menaçait d'ordonner début juillet, contre l'avis d'Angela Merkel, le refoulement à la frontière des migrants déjà enregistrés dans un autre pays de l'UE si des mesures équivalentes n'étaient pas prises au plan européen. Et ce même si le nombre de migrants est en forte baisse depuis le "pic" de 2015 quand l'Allemagne a reçu près de 900.000 demandeurs d'asile. Un tel passage en force du ministre déclencherait son limogeage, l'éclatement du gouvernement de coalition et probablement des élections anticipées. Fragilisée comme jamais ces dernières semaines, Angela Merkel a largement répondu aux exigences de la droite bavaroise en proposant une batterie de mesures nationales et en négociant d'arrache-pied un accord européen restrictif lors du dernier sommet. Ce catalogue de mesures pourrait dans ces conditions marquer la fin des hostilités. Les conservateurs bavarois, contempteurs de la politique d'asile de Mme Merkel depuis 2015, ont fomenté leur fronde en raison surtout d'une échéance électorale régionale cruciale. L'extrême droite anti-immigration est en effet susceptible de leur ravir de nombreuses voix lors d'un scrutin en Bavière le 14 octobre. (Belga)

Vos commentaires