En ce moment
 
 

De nouveaux combats à Marioupol fragilisent le cessez-le-feu

De nouveaux combats et une rupture de l'accord de cessez-le-feu étaient redoutés dimanche dans l'est de l'Ukraine où l'armée et les séparatistes prorusses se sont affrontés tard samedi à la limite de Marioupol. Tôt dimanche, le calme était revenu, mais les signes des combats de la nuit étaient bien visibles près du point de contrôle ukrainien, à la sortie est de Marioupol. Un camion totalement détruit brûlait au bord de la route et plusieurs bâtiments à proximité étaient endommagés, les fenêtres soufflées. Dans une station-service à moitié détruite, un ballon de gaz continuait à brûler et risquait d'exploser, selon un habitant. Le point de contrôle était toujours occupé par les forces ukrainiennes. Une vingtaine d'hommes étaient visibles, ainsi que trois chars. "Les tirs ont commencé vers 22H30" (19H30 GMT), a expliqué à l'AFP Pacha, un combattant du bataillon de Vinitsa. "Ils (les prorusses) tiraient avec quatre obusiers. Ils ont tiré sur le checkpoint et sur les tentes", ajoute-t-il, assurant que les militaires ukrainiens n'ont "pas eu de pertes". Beaucoup d'habitants de la zone étaient venus aux nouvelles à pied, à vélo, et inspectaient les dégâts. Quelques heures avant ces événements, les présidents ukrainien Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine avaient estimé au cours d'un entretien téléphonique que le cessez-le-feu signé vendredi à Minsk était "globalement respecté". Destiné à mettre fin à un conflit de près de cinq mois dans cette région ayant fait, selon l'ONU, 2.600 morts et provoqué le départ d'un demi-million de réfugiés et déplacés, ce cessez-le-feu avait été accueilli avec scepticisme par les Occidentaux. (Belga)

Vos commentaires