En ce moment
 
 

Dopage: un deuxième coureur autrichien avoue s'être dopé, le scandale s'étend

Dopage: un deuxième coureur autrichien avoue s'être dopé, le scandale s'étend
L'Autrichien Georg Preidler lors du contre-la-montre individuel aux JO de Rio, le 10 août 2016 Greg BAKER
sport

Un deuxième coureur cycliste autrichien a admis s'être dopé, selon la presse locale lundi, et le scandale s'étend après les arrestations de six athlètes la semaine passée dans le cadre d'une enquête sur un réseau international de dopage.

Les polices autrichienne et allemande avaient mené une série d'arrestations mercredi dernier à la suite du démantèlement d'un réseau de dopage basé à Erfurt (Allemagne) et dirigé par un médecin allemand de 40 ans, Mark S.

Les arrestations étaient notamment concentrées sur la station autrichienne de Seefeld, où se tenaient les Championnats du monde de ski nordique. Cinq skieurs avaient été arrêtés, deux Autrichiens, deux Estoniens et un Kazakh.

Un coureur cycliste autrichien, qui selon la presse est Stefan Denifl, avait aussi été interpellé et a avoué se doper.

Cela a conduit un autre coureur autrichien à avouer de lui-même qu'il avait également recours au dopage. Celui-ci, Georg Preidler, a ainsi affirmé au journal The Kronen qu'il "ne pouvait plus vivre plus longtemps avec ce secret" et il s'est rendu à la police à Graz.

"Ces cinq derniers jours ont été un cauchemar, je ne savais pas si j'allais être découvert, je ne savais pas si ce médecin avait tout avoué", a-t-il déclaré, affirmant n'avoir commencé à se doper que "récemment" et que ses victoires, notamment sur le Giro, étaient "propres".

"J'ai fait la plus grosse erreur de ma vie", a-t-il ajouté.

Les skieurs arrêtés sont les Autrichiens Dominik Baldauf et Max Hauke, les Estoniens Karel Tammjaerv et Andreas Veerpalu, ainsi que le Kazakh Alexei Poltoranin. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré Max Hauke apparemment pris sur le fait par la police, en pleine transfusion sanguine.

Ils ont tous ont été suspendus dans la foulée par la fédération internationale de ski (FIS).

Vos commentaires