En ce moment
 
 

Grèce: un mort et deux blessés dans une rixe entre migrants dans un camp

Grèce: un mort et deux blessés dans une rixe entre migrants dans un camp
Le camp de réfugiés de Moria, sur l'île de Lesbos à l'est de la Grèce, le 20 mars 2019ARIS MESSINIS
Grèce

L'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé dimanche les autorités grecques à transférer d'urgence les jeunes migrants dans des lieux sûrs après qu'un jeune Afghan de 15 ans eut poignardé à mort l'un de ses compatriotes et blessé deux autres dans le camp de migrants de Moria sur l'île de Lesbos en Grèce.

"Le gouvernement grec doit prendre des mesures urgentes afin que ces enfants soient transférés dans des lieux sûrs", a déclaré le représentant du HCR Philippe Leclerc dans un communiqué.

Selon l'agence publique ANA, l'incident s'est produit samedi soir dans l'unité dédiée aux mineurs isolés, où le jeune homme a attaqué au couteau un groupe d'adolescents afghans. Le motif de la dispute n'est pas encore connu.

Les deux jeunes blessés ont été hospitalisés et l'un d'eux, dans un état critique, a dû subir une intervention chirurgicale. Un quatrième adolescent, également Afghan, a été appréhendé par la police dans le cadre de cette affaire.

600 mineurs sont actuellement hébergés dans le camp, conçu pour accueillir maximum 160 personnes, a déclaré ANA.

Dimanche, le HCR a indiqué que la zone sûre de Moria hébergeait actuellement 70 mineurs non accompagnés, mais que plus de 500 autres mineurs, garçons et filles, vivaient dans différentes parties du camp sans protection et qu'ils étaient exposés aux abus et à différentes formes d'exploitation.

Certains sont logés avec des adultes inconnus, a souligné l'agence.

"Moria n'est pas un endroit pour les enfants qui sont seuls et ont été profondément traumatisés par les évènements dans leur pays et les conditions difficiles de leur fuite. Ils ont besoin de soins spéciaux dans des abris dédiés", a estimé M. Leclerc.

Des milliers de migrants et de réfugiés passent en ce moment des mois à Moria et dans d'autres camps surpeuplés de l'île avant que leurs dossiers ne soient examinés.

Pour les responsables grecs, ce délai est en partie causé par le grand nombre de demandes par des migrants économiques qui n'auraient pas de motifs légitimes à réclamer le statut de réfugié.

Les ONG ont averti que cette longue attente dans l'incertitude avait des répercussions sur beaucoup de migrants déjà fragilisés par le dangereux périple jusqu'à la Grèce.

Le nouveau gouvernement conservateur grec a annoncé une accélération du processus de demande d'asile, avec l'intention de renvoyer les déboutés en Turquie.

Vos commentaires