En ce moment
 
 

Incendies en Grèce: la réaction du Premier ministre Kyriakos Mitsotakis

L'explication du Premier ministre grec aux incendies dévastateurs
© AFP
 
 

Le Premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, considère la crise climatique comme l'une des principales cause des incendies dévastateurs qui ravagent le pays. "Je souligne qu'il ne s'agit pas d'un changement climatique, mais d'une crise climatique. Et nous, en tant que pays, en faisons partie", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Athènes, jeudi.

Kyriakos Mitsotakis a annoncé qu'il étudierait, lors du prochain sommet des pays méditerranéens, la possibilité d'une coopération dans la lutte contre les incendies et a également remercié explicitement 24 pays pour leur aide internationale.

"Il est nécessaire de changer notre façon de penser", a déclaré le Premier ministre. Il serait par exemple envisageable d'acheter des canadairs en partenariat avec l'Australie. Ceux-ci pourraient être utilisés en Grèce durant l'été, lorsque c'est l'hiver en Australie.

Il a en a également profité pour rejeter les théories diffusées sur les réseaux sociaux selon lesquelles l'industrie éolienne serait à l'origine des incendies. "Les éoliennes peuvent aussi être construites dans des zones forestières, il n'est pas nécessaire de brûler la forêt pour cela".

Une aide venue du ciel

Les précipitations de la nuit ont considérablement aidé la lutte contre les incendies de forêt qui font rage en Grèce. De nombreux feux se sont éteints en Eubée, la deuxième plus grande île du pays après la Crète, et dans le sud de la péninsule du Péloponnèse, selon les journalistes sur le terrain, tandis que les maires de la péninsule ont déclaré à la radio publique que la situation s'était grandement améliorée.

D'énormes étendues de terres et forêts calcinées

La sécheresse est la principale cause des incendies dévastateurs, qui ont détruit, selon les premières estimations, plus de 100.000 hectares de forêts et de terres agricoles, ainsi que des milliers de maisons Les pompiers ont toutefois prévenu que le danger n'était pas encore écarté. Des flammes brûlent encore dans les sous-bois et de nouveaux incendies pourraient se déclarer. En outre, des vents violents soufflent sur tout le pays.


Cette image prise par un satellite Sentinel-2, du programme Copernicus de l'Agence spatiale européenne, montre la destruction de zones forestières entre le 1er et le 11 août - © AFP - Source: Union européenne.


 




 

Vos commentaires