En ce moment
 

L'auteur de l'attaque près d'une mosquée de Londres condamné à la perpétuité

L'auteur de l'attaque près d'une mosquée de Londres condamné à la perpétuité
Des fleurs déposées devant la mosquée de Finsbury, à Londres, le 20 juin 2017Tolga AKMEN

L'homme qui avait lancé une camionnette contre des musulmans à proximité de la mosquée de Finsbury Park à Londres en juin 2017, tuant un homme et en blessant 12 autres, a été condamné vendredi à la prison à perpétuité.

Darren Osborne, un Gallois de 48 ans, avait plaidé non coupable, expliquant qu'il était seulement le passager du van, conduit par un autre homme. Sa peine a été assortie d'une période de sûreté de 43 ans.

"Il s'agissait d'une attaque terroriste. Vous avez cherché à tuer", a affirmé la juge Bobbie Cheema-Grubb à l'énoncé du verdict, qui clôt neuf jours de procès devant le tribunal londonien de Woolwich.

Elle a affirmé que M. Osborne s'était "rapidement radicalisé". "Votre état d'esprit était d'une haine malveillante", lui a-t-elle soutenu.

Le verdict a été rendu après une heure de délibéré entre les jurés. Ils ont jugé "inventée" l'existence d'un complice qui aurait été au volant au moment de l'attaque.

Darren Osborne, père de quatre enfants, sans emploi et sans ami proche, était, selon l'accusation, "obsédé" par les musulmans et s'était radicalisé dans les semaines précédant l'attaque.

"Darren Osborne a prévu et conduit cette attaque en raison de sa haine des musulmans", avait commenté jeudi la représentante du parquet, Sue Hemming, jugeant son récit "pas convaincant" face au "poids écrasant des preuves".

"Nous avons été clairs tout au long du procès sur le fait qu'il s'agissait d'une attaque terroriste et il doit maintenant faire face aux conséquences de ses actions", avait-elle ajouté.

"Dès le début de notre enquête, nous n'avons trouvé aucune preuve qu'Osborne aurait agi autrement que seul", avait expliqué jeudi à des journalistes le commandant Dean Haydon, chef du contre-terrorisme de Scotland Yard.

Il avait qualifié Osborne d'"individu perturbé, mauvais et rempli de haine", avec des "antécédents de violence, alcoolisme, toxicomanie et dépression".

Cette attaque était survenue dans un climat d'extrême fébrilité au Royaume-Uni, après trois attentats en trois mois, à Londres et Manchester, ayant fait 35 morts et revendiqués par le groupe jihadiste État islamique (EI).

Vos commentaires