Afrique du Sud: le procès pour corruption de l'ex-président Zuma renvoyé en juin

Afrique du Sud: le procès pour corruption de l'ex-président Zuma renvoyé en juin
L'ex-président sud-africain Jacob Zuma arrive au tribunal de Durban, le 6 avril 2018Nic BOTHMA
Afrique du Sud

Le procès de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma, accusé de corruption dans une rocambolesque affaire de vente d'armes vieille de près de vingt ans, a été renvoyé vendredi au 8 juin prochain à l'issue d'une brève audience préliminaire.

Arrivé au palais de justice détendu et souriant, M. Zuma, 75 ans, costume sombre et cravate rouge, a pris place dans le box des accusés de la Haute-cour de Durban (nord-est), deux mois à peine après avoir été contraint à la démission.

A la demande de l'accusation et de la défense, le magistrat en charge du dossier, Themba Sishi, a immédiatement renvoyé l'affaire au 8 juin prochain. "C'est une date provisoire", a-t-il ajouté.

A l'époque "ministre" provincial puis vice-président du pays, M. Zuma est soupçonné d'avoir touché des pots-de-vin de la part du groupe français Thales, à l'occasion d'un contrat d'armement de près de 4 milliards d'euros attribué en 1999.

L'entreprise d'électronique et de défense est également poursuivie.

Emmenées par son fils Edward, plus d'un millier de personnes se sont rassemblées vendredi matin au abords de la Haute-cour de Durban, placée sous très haute protection policière, pour exiger l'abandon des poursuites contre l'ancien chef de l'Etat.

"Il a peut-être fait des erreurs mais nous disons qu'il faut le laisser prendre sa retraite tranquillement", a déclaré à l'AFP un de ses partisans, Sphelele Ngwane. "C'est une conspiration, un complot politique mené par ceux qui sont au pouvoir".

Dès jeudi soir, une veillée de chants et de soutien à l'accusé a réuni quelques dizaines de personnes dans un parc de Durban. Des femmes y ont entonné le titre fétiche de Jacob Zuma, "Umshini wani", "Donnez-moi ma mitraillette".

- 'En prison' -

Englué dans les scandales, M. Zuma, 75 ans, a été contraint à la démission il y a deux mois après un long bras de fer avec son propre parti, le Congrès national africain (ANC, au pouvoir).

Son procès est attendue avec impatience par l'opposition et les ONG anticorruption, qui espèrent un verdict exemplaire.

"J'espère un vrai procès et un verdict approprié. Si c'est le cas, Jacob Zuma devrait finir en prison", a déclaré à l'AFP l'ancien député de l'ANC Andrew Feinstein, qui ferraille depuis des années pour faire éclater la vérité dans ce dossier. "Les preuves de sa culpabilité sont écrasantes", a-t-il jugé.

Selon l'acte d'accusation, le groupe Thales a versé à M. Zuma un total de 4.072.499,85 rands - l'équivalent de 280.000 euros au cours actuel - par l'intermédiaire d'un homme d'affaires présenté comme son "conseiller financier", Schabir Shaik.

Dans un fax envoyé en 2000 à sa hiérarchie parisienne, un dirigeant local de Thales a écrit noir sur blanc que le groupe s'était engagé à verser 500.000 rands par an à M. Zuma pour garantir la "protection" du groupe et "le soutien permanent de JZ (Jacob Zuma) pour les futurs projets".

Sur la base de ces éléments, M. Shaik a été reconnu coupable de corruption en 2005 et condamné à quinze ans de prison.

Un ancien avocat de l'industriel français, Ajay Sooklal, a aussi affirmé à l'AFP avoir été le témoin de la générosité du groupe français envers l'ancien président sud-africain, citant des "notes d'hôtel payées à Paris ou Bruxelles" ou des "remises de cash".

- Victime -

En conflit financier avec Thales, Me Sooklal ne figure pas sur la liste des témoins de l'accusation.

Sollicité par l'AFP, le groupe Thales s'est refusé à faire le moindre commentaire sur une "affaire en cours" ou les "allégations" de son ancien conseil. Il a ajouté qu'il souhaitait "continuer à coopérer" avec les autorités sud-africaines.

Jacob Zuma a toujours fermement rejeté ces accusations, qu'il dénonce comme un complot politique ourdi par son grand rival politique de l'époque, Thabo Mbeki, alors président.

"Je suis parti mais ils sont toujours après moi", a-t-il à nouveau déploré la semaine dernière lors d'une messe.

Mis en cause dès 2003 dans ce dossier, M. Zuma a longtemps échappé aux poursuites. Par deux fois le parquet a engagé des poursuites contre lui puis les a annulées, au gré de jugements toujours très controversés.

La dernière annulation, quelques jours avant son élection à la magistrature suprême en 2009, semblait avoir enterré définitivement l'affaire.

Mais l'obstination du principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), et l'arrivée à la tête du pays en février de Cyril Ramaphosa, qui a fait de la lutte contre la corruption une de ses priorités, ont permis de la ressusciter.

En mars dernier, M. Zuma a finalement été renvoyé devant le tribunal pour fraude, corruption et blanchiment.

Vos commentaires