En ce moment
 
 

Attentats à Paris: 17 familles de victimes vont déposer plainte contre l'Etat belge

Attentats à Paris: 17 familles de victimes vont déposer plainte contre l'Etat belge
 
 

Dix-sept familles de victimes des attentats du 13 novembre à Paris vont déposer plainte devant les tribunaux belges, selon nos confrères de RTL France. Elles accusent l'État belge de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour éviter les attentats qui ont frappé Paris.

Les familles des victimes reprochent à la Belgique des défaillances dans la surveillance des frères Brahim et Salah Abdeslam, alors que les services de renseignement disposaient d'informations qui auraient dû les mettre en alerte. Selon la chaîne française, cette plainte se base sur un rapport du Comité P qui a pointé des manquements dans la surveillance de plusieurs individus impliqués dans la préparation et/ou la réalisation des attentats de Paris. "Malgré des alertes lancées par les différentes surveillances de personnes susceptibles de passer à des actions armées, il n'y a jamais eu de judiciarisation de ces personnes dont on avait la certitude qu'elles étaient radicalisées", indique Me Samia Maktouf, avocate de ces familles.

"Le résultat, on le connaît: c'est le décès de plusieurs personnes innocentes. Nous allons demander la condamnation de l'État belge pour que plus jamais de tels dysfonctionnements ne puissent se répéter." Le dossier de surveillance des frères Abdeslam a été classé sans suite en avril 2015 en raison du manque d'effectifs, ressort-il du second rapport intermédiaire du Comité P relatif à l'enquête sur les attentats de Paris, dont certains éléments ont été publiés dans le presse en avril dernier. Selon ce rapport, plusieurs manquements ont permis à Salah et Brahim Abdeslam d'échapper à la surveillance dont ils auraient du faire l'objet.

La nature exacte et la date de la future plainte ainsi que le type de juridiction qui sera saisi restent toutefois à ce stade indéterminés. L'avocate française consulte actuellement des confrères belges pour finaliser l'action judiciaire des familles des victimes.


 




 

Vos commentaires