Brexit: JPMorgan veut transférer plus de banquiers à Paris

Brexit: JPMorgan veut transférer plus de banquiers à Paris
Le siège de JPMorgan Chase à New York, le 14 août 2013 Emmanuel DUNAND

JPMorgan Chase envisage d'augmenter le nombre de banquiers et traders qu'elle compte transférer de Londres vers Paris suite à la sortie de l'Union européenne du Royaume-Uni (Brexit), a indiqué mercredi à l'AFP une source proche du dossier.

L'agence avait déjà appris en octobre que la banque américaine allait redéployer de 60 à 80 banquiers et traders dans la capitale française. Ce chiffre va désormais être "beaucoup plus important", a déclaré la source sous couvert d'anonymat, sans toutefois donner de détails.

La firme a fait part de ses intentions lors d'une rencontre mercredi à New York entre certains de ses dirigeants et des responsables de Paris Europlace, l'association en charge de la promotion de la place financière de Paris.

Comme les autres banques américaines, il n'est pas certain que JPMorgan fasse une annonce officielle, a encore dit la source.

Contacté par l'AFP, l'établissement n'a pas souhaité faire de commentaire.

Un renforcement de JPMorgan à Paris est une victoire pour la capitale française, qui déploie depuis plusieurs mois le tapis rouge afin d'accueillir les multinationales.

Il accroît en outre l'avantage pris par Paris sur Francfort, sa principale rivale dans la course des métropoles européennes pour attirer les financiers londoniens contraints au départ sur fond de Brexit.

Paris revendique de 3.000 à 4.000 emplois financiers directs promis, soit près de la moitié de l'objectif de 10.000 d'ici 2019 que se sont fixées les autorités.

Francfort, qui espérait accueillir 6.000 emplois financiers redéployés de Londres cette année, a revu nettement à la baisse ce chiffre à moins de 1.000.

"Nous allons accroître notre avance", assure à l'AFP Gérard Mestrallet, président du conseil d'administration d'Engie et patron de Paris Europlace, en marge d'un forum de l'association à New York. "La donne a complètement changé. La France est en train de se réformer. Ca c'est un fait, alors qu'on disait qu'elle n'était pas réformable."

Pour convaincre les investisseurs étrangers, et américains en particulier, Paris Europlace met en avant les réformes sur l'assouplissement de la fiscalité pour les entreprises et les banquiers et la flexibilité du marché du travail engagées par le gouvernement Macron ainsi que l'ouverture d'écoles internationales en région parisienne.

"La France se dirige vers la bonne direction et ce à un rythme rapide, avec un engagement fort du gouvernement pour réformer", a ainsi vanté Villeroy de Galhau, le président de la Banque de France, lors d'une intervention devant des responsables économiques à New York, toujours mercredi.

Outre JPMorgan Chase, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Bank of America et Citigroup, soit cinq des six grandes banques américaines, ont décidé de renforcer leur présence française. Bank of America va transférer par exemple jusqu'à 300 traders de Londres vers Paris, selon une source proche.

Vos commentaires