En ce moment
 
 

Carla Bruni-Sarkozy affiche son "besoin" de "s'investir" pour les démunis

 
 

Carla Bruni-Sarkozy a multiplié depuis début décembre les interventions sur son "besoin" de "s'investir pour les autres", au travers d'entretiens allant de Macadam, mensuel en faveur des sans-abri, à la chaîne privée TF1.

"M'investir pour les autres est une envie assez naturelle, presque un besoin", a-t-elle confié à Macadam, présenté comme la première revue de France distribuée dans les rues par des personnes en difficulté, en ajoutant que c'était pour elle "l'occasion d'utiliser l'énorme impact médiatique qui est le (sien)".

L'épouse du chef de l'Etat a créé sa propre structure caritative en avril (la Fondation Carla Bruni dont l'objectif est de "donner accès à la culture aux personnes défavorisées" et "lutter contre l'illetrisme"). Elle qualifie d'"expérience édifiante" la maraude qu'elle a effectuée en novembre avec le Samu social de Paris.

Elle avait alors pu, dit-elle, "observer le travail accompli tous les jours, 24 heures sur 24, par le 115".

"Ce que j'ai compris avec le Samu social, c'est qu'on ne peut que soutenir les personnes sans domicile fixe. On ne peut pas les sauver, les soigner malgré elles" car "il faut respecter leur libre arbitre", ajoute l'épouse du chef de l'Etat, en insistant sur le caractère apolitique de son action.

"J'aurais pu effectuer une maraude sans épouser mon mari. C'est en tant qu'humain que je voudrais apporter quelque chose".

Sur le site de sa fondation, elle apparaît dans une vidéo sur cette maraude, mais en arrière-plan, et n'intervient pas dans les discussions entre les bénévoles et les sans-abri. Néanmoins, une interview de Mme Bruni-Sarkozy y est présentée.

Pour illustrer son engagement, la Première dame de France a évoqué, à plusieurs reprises en décembre, Denis, un SDF qui loge non loin de sa résidence du 16e arrondissement de Paris, le qualifiant d'"homme adorable" avec lequel elle a "tissé des liens amicaux".

Interrogé par le magazine people Closer, le sans-abri de 53 ans a affirmé que Mme Bruni-Sarkozy lui donnait "régulièrement" des "billets de 50 euros et de 100 euros".

Sur TF1, devant les caméras de l'émission Sept à Huit diffusée le 13 décembre, elle a conté l'histoire de "Denis" qui a refusé son offre de logement à l'hôtel.

Celle dont le frère Virginio est décédé des suites du VIH en 2006 a expliqué également sur TF1 son engagement dans la lutte contre cette maladie, comme ambassadrice auprès du Fonds mondial de lutte contre le sida depuis 2008.

"Ma motivation première n?est pas la maladie de mon frère, a-t-elle affirmé, lui, il avait les armes. Moi, je suis ambassadrice pour les femmes et les enfants qui n?ont pas les armes".




 

Vos commentaires