En ce moment
 
 

Jonathann Daval, condamné à 25 ans de prison, est de retour dans sa cellule surnommée "la maison de Barbie"

Condamné à 25 ans de prison, Jonathann Daval est de retour dans sa cellule surnommée
 
alexia daval
 

L'informaticien de 36 ans a été condamné à 25 ans de réclusion par la cour d'assises de la Haute-Saône samedi soir, à l'issue d'un procès très suivi et intense.

Jonathann Daval a été condamné samedi par la cour d'assises de la Haute-Saône à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme Alexia, à l'issue d'un procès haletant et hyper médiatisé.

L'informaticien âgé de 36 ans est donc de retour dans la maison d'arrêt de Dijon. Depuis son incarcération, il avait été placé à l'isolement pour le protéger des autres prisonniers. "C’est nécessaire dans ce type de circonstances car ce sont des faits qui ont une résonance particulière en prison. Il faut qu’il soit préservé des contacts d’avec d’autres détenus qui pourraient être agressifs", avait justifié l'un de ses avocats en mars 2018.

Depuis, sa cellule est appelée par le personnel pénitentiaire et par les autres détenus, "la maison de Barbie". Parfaitement rangée et organisée, la cellule de Jonathann Daval ne ressemble à aucune autre. "Oui, sa cellule est propre, rangée, organisée, le lit est fait", avait indiqué un surveillant lors de son procès. Il a également été expliqué qu'il se lave les mains de manière obsessionnelle. 

Un transfert en maison centrale

Lors du procès, son rapport psychologique avait été détaillé. Jonathann Daval a souffert du décès de son père, avec lequel il ne vivait pas, à l'âge de 12 ans. A cette époque, il développe des TOC qui pourraient être liés, selon le psychologue en charge de son dossier, à un traumatisme sexuel subi dans sa petite enfance, dont il ne se souvient plus.

Condamné à 25 ans de prison, Jonathann Daval devrait être transféré dans une maison centrale, lieu qui accueille les détenus condamnés à une longue peine. Il en existe 6 en France mais aucune décision n'a encore été prise, relève l'Est Républicain. 

 




 

Vos commentaires