Rosa Bouglione n'avait que 15 ans lorsqu'elle est entrée dans la CAGE AUX LIONS pour la première fois: "J'étais rassurée" (vidéo)

Rosa Bouglione n'avait que 15 ans lorsqu'elle est entrée dans la CAGE AUX LIONS pour la première fois:

Rosa Bouglione, matriarche de la célèbre famille du cirque qui continue à perpétuer la tradition au Cirque d'Hiver, à Paris, est morte dimanche, a annoncé lundi la famille.

"Jusqu'à ce 26 août, elle est restée la reine incontestée du cirque. Pendant presque un siècle, Mme Rosa a reçu les plus grandes stars et accueilli, dans ce temple du cirque, les plus grands artistes internationaux", indique le communiqué de la famille.

"Madame Rosa", née dans une roulotte le 21 décembre 1910 à Ixelles, en Belgique, sous le nom de Rosalie Van Been, est décédée dimanche à Paris, à son domicile situé à proximité du Cirque d'Hiver. Il y a quelques temps, elle avait confié des souvenirs à RTL. Elle avait notamment raconté le sentiment qui l'avait traversée le jour où elle était entrée pour la première fois dans la cage aux lions. "J'étais rassurée par la présence du dresseur", avait-elle dit.


Cinq générations

Avec son mari, Joseph Bouglione, elle avait fait l'acquisition du célèbre cirque de la capitale en 1934. "Cinq générations, rassemblant quelque 55 petits, arrière et arrière-arrière-petits-enfants vont dire adieu à leur emblématique aïeule qui leur a légué l'amour du cirque", souligne la famille.


Un dernier hommage ce mercredi

Le public pourra se recueillir devant son cercueil et lui rendre un dernier hommage au Cirque d'Hiver ce mercredi de 10H00 à 13H00, indique-t-on de même source. Une messe sera célébrée le même jour à 14h30 à Lizy-sur-Ourcq (Seine-et-Marne) en l'église Saint-Médard.

"Comme tous les membres de la dynastie", Rosa Bouglione sera ensuite inhumée au cimetière de Lizy-surOurcq. Cette tradition est entrée dans la légende depuis le décès de son ancêtre par alliance Marie-Louis Baglioni (le nom sera francisé pour devenir Bouglione). La doyenne du cirque avait émis le souhait d'être enterrée là où sa troupe avait coutume de s'arrêter tous les ans, explique sa famille.

Vos commentaires