Situation tendue à Nantes mercredi soir après les violences urbaines de la veille

(Belga) La situation était toujours tendue mercredi soir dans certains quartiers sensibles de Nantes, dans l'ouest de la France, au lendemain de violences urbaines consécutives à la mort d'un jeune homme de 22 ans. Celui-ci était décédé après avoir été touché par balle par un policier lors d'un contrôle après qu'il a percuté un autre fonctionnaire de police avec son véhicule.

Les violences de mardi soir s'étaient produites dans le quartier du Breil, où s'est déroulé le drame, avec des prises à partie, des jets de cocktail Molotov, puis se sont étendues à d'autres quartiers sensibles de Nantes. Des voitures ont été incendiées, ainsi qu'un centre paramédical situé dans un centre commercial. La police a assuré mercredi que l'agent a tiré en état de légitime défense, une version démentie par des habitants qui affirment avoir assisté à la scène. La situation mercredi soir n'a toutefois pas atteint le niveau de violence de la nuit précédente: jets de projectiles depuis les fenêtres des immeubles, jeunes qui scandent "assassins, assassins, honte sur vous, cassez vous" au passage des forces de l'ordre et tirs de grenades lacrymogènes. Le jeune homme tué était sous le coup d'un mandat d'arrêt délivré en juin 2017 par un juge d'instruction de Créteil (région parisienne), a précisé mercredi le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. Il était recherché pour vol en bande organisée, recel et association de malfaiteurs. (Belga)

Vos commentaires