En ce moment
 

Tahiti échoue à reconquérir son record du monde de joueurs de ukulélé

Tahiti échoue à reconquérir son record du monde de joueurs de ukulélé
Des participants tentent de battre le record du monde de joueurs de ukulélé dans un stade de Papeete, le 24 février 2018 en Polynésie françaiseGregory BOISSY

Tahiti a échoué à reconquérir son record du monde de joueurs de ukulélé, même si 6.302 Polynésiens se sont rassemblés dans un stade samedi pour jouer simultanément, a annoncé le président de la Polynésie française Edouard Fritch, après décompte d'huissier.

Les Polynésiens tentaient de battre le record établi l'an dernier par Hong Kong, qui avait réuni 8.065 joueurs de ukulélé, ce petit instrument à quatre cordes originaire du Portugal, mais adopté par les Polynésiens, de Hawaï à Tahiti, au point de devenir l'un des symboles de leur identité. Le président et de nombreux joueurs ont aussitôt annoncé qu'ils tenteraient à nouveau de battre ce record.

Dès la mi-journée, les Polynésiens ont afflué vers le plus grand stade tahitien, vêtus de paréos ou de chemises à fleurs, les cheveux des femmes ornés de couronnes d'hibiscus et de tiaré, la fleur emblématique de Tahiti. Certains venaient des îles les plus proches, comme Moorea, Raiatea ou Bora Bora, et ils ont joué ensemble pendant quatre heures, sous un soleil de plomb.

En fin d'après-midi, 6.302 musiciens ont entonné ensemble la chanson Tuihei, choisie pour l'occasion et diffusée depuis un mois par l'organisateur, la chaîne de télévision TNTV. Pas assez pour retrouver la place acquise par Tahiti en 2015 dans le Livre Guinness des Records, avec 4.792 musiciens à l'époque.

Edouard Fritch a relativisé cet échec: "A Hong Kong, ils étaient 8.065, mais ils sont plus de six millions d'habitants, alors que nous ne sommes que 275.000, et aujourd'hui on était 6.302".

Les participants étaient partagés entre joie de se retrouver et frustration de n'avoir pas battu le record. "Ce qui est magnifique, c'est de réunir toutes les générations, toutes les communautés ethniques ou religieuses pour les faire chanter ensemble", s'est réjouie la directrice de TNTV, Mateata Maamaatuaiahutapu.

Vos commentaires