En ce moment
 
 

Affaire Le Tan: la personnalité du suspect au centre d'une nouvelle audition

Affaire Le Tan: la personnalité du suspect au centre d'une nouvelle audition
Photo prise le 20 septembre 2018 montrant des clichés de Sophie Le Tan, l'étudiante de 20 ans disparueFREDERICK FLORIN

La personnalité de Jean-Marc Reiser, suspecté d'avoir assassiné l'étudiante strasbourgeoise Sophie Le Tan, a été au centre vendredi de la troisième audition devant la juge d'instruction, une expertise la qualifiant de "perverse, égocentrique et narcissique", a-t-on appris de sources concordantes.

M. Reiser, qui est "déterminé" et continue de clamer son innocence, a été interrogé "sur sa personnalité" et "son parcours de vie", a indiqué l'un des ses avocats, Me Pierre Giuriato, à l'issue d'une audition d'environ huit heures au tribunal de grande instance de Strasbourg.

Selon une source proche du dossier, une expertise psychiatrique, récemment versée au dossier et évoquée par la juge Eliette Roux, conclut que M. Reiser présente une personnalité "perverse, égocentrique et narcissique".

Ce rapport "de 80 pages" est "assez équilibré", avec "des hypothèses à charge et des hypothèses où l’on comprend beaucoup mieux qui il est", a nuancé Me Giuriato devant la presse, alors que des membres du collectif de soutien aux proches de Sophie Le Tan brandissaient près de lui des images de l'étudiante.

Selon lui, les éléments matériels qui accablent M. Reiser, comme les traces de sang de l'étudiante de 20 ans retrouvées sur une scie, des chaussures où une veste appartenant au suspect, n'ont en revanche pas pu être véritablement abordés, leur validité juridique ayant été contestée jeudi par la défense devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Colmar.

La juridiction rendra sa décision le 17 octobre et Jean-Marc Reiser devra alors être entendu "une quatrième fois", a dit Me Giuriato.

Jean-Marc Reiser "répond toujours dans le flou et fait diversion", a déploré de son côté Me Gérard Welzer, l'avocat de la famille Le Tan, qui n'a pas assisté à l'audition mais en a consulté les procès-verbaux.

"Il répond longuement, il se pose en victime et il essaye toujours de noyer le poisson" en "promenant son interlocuteur", a ajouté le conseil. "C'est une méthode (...) Il ne cesse de mentir", a pointé Me Welzer, qui a encore insisté sur les "éléments accablants" à l'encontre de M. Reiser.

Jean-Marc Reiser, 59 ans, avait été entendu auparavant à deux reprises par la juge : la première fois, le 5 octobre 2018, lors de sa mise en examen pour assassinat, enlèvement et séquestration. La deuxième, le 28 mars, il avait été confronté à des analyses mettant en évidence la présence de l'ADN de Sophie sur une scie lui appartenant.

La jeune femme a disparu le 7 septembre 2018, jour même de son 20e anniversaire, alors qu'elle allait visiter seule un appartement à Schiltigheim, commune limitrophe de Strasbourg.

L'auteur de l'annonce était Jean-Marc Reiser. Déjà condamné pour viols et acquitté au bénéfice du doute pour la disparition d'une jeune femme dans les années 1980, il avait été arrêté quelques jours plus tard.

En dépit de traces du sang de Sophie Le Tan retrouvées chez lui, il clame son innocence et dit avoir seulement soigné la jeune femme blessée à la main, avant qu'elle ne s'en aille.

Vos commentaires