Amnesty veut la lumière sur les allégations de torture subies par des militants saoudiens

(Belga) Amnesty International (AI) réclame d'urgence une enquête indépendante sur les nouvelles allégations faisant état d'actes de torture et d'autres violences parfois à caractère sexuel infligés à un groupe de militants saoudiens des droits humains détenus arbitrairement depuis la vague de répression de mai 2018, indique vendredi la section francophone de l'ONG de défense des droits de l'homme.

Détenus depuis mai dans la prison de Dhahban, au bord de la mer Rouge, ces militants parmi lesquels des femmes ont été electrocutés et fouettés à plusieurs reprises, au point pour certains de ne plus pouvoir ni marcher ni tenir debout, rappelle Amnesty sur base de divers témoignages. Amnesty International appelle dès lors les autorités saoudiennes qui ont récemment qualifié ces allégations de "sans fondement" à libérer "immédiatement et sans condition" ces défenseurs des droits humains "qui sont détenus uniquement pour avoir oeuvré pacifiquement en faveur de ces droits." L'ONG de défense des droits de l'Homme demande, en outre, aux autorités de prendre les mesures nécessaires pour que des observateurs indépendants puissent enquêter sur ces allégations afin établir la vérité de manière impartiale et identifier les responsables présumés. Ces nouvelles accusations interviennent alors que l'image de l'Arabie saoudite a été considérablement ternie par l'affaire Jamal Khashoggi, du nom de ce journaliste saoudien, critique du prince héritier Mohammed ben Salmane, tué le 2 octobre au sein du consulat de son pays à Istanbul. (Belga)

Vos commentaires