En ce moment
 

Crise au Venezuela - Dans les hôpitaux vénézuéliens, 88% des médicaments manquent

(Belga) Les hôpitaux vénézuéliens souffrent toujours plus des pénuries, avec 88% des médicaments et 79% du matériel chirurgical désormais manquants, selon une étude publiée lundi par le Parlement, contrôlé par l'opposition, et une ONG.

"Les Vénézuéliens vont à un hôpital et ils doivent tout acheter (...). Il y a une pénurie de 84% des cathéters et des sondes, qui sont des fournitures basiques de n'importe quel hôpital", a dénoncé le député et médecin José Olivares lors d'une conférence de presse, en présentant les résultat de cette Enquête nationale sur les hôpitaux. Le rapport, réalisé lors des dix premiers jours de mars par l'Assemblée nationale et l'ONG Médicos por la Salud (Médecins pour la santé), a également montré que 94% des services de radiographie ne fonctionnent pas, tout comme 97% de ceux de tomographie. "Par manque d'agents réactifs, 100% des laboratoires du pays ne fonctionnent pas correctement, 79% des hôpitaux ont des problèmes d'approvisionnement en eau et 54% des blocs chirurgicaux ne fonctionnent pas", a affirmé le député Olivares. Il a par ailleurs critiqué que dans "96% des cuisines des hôpitaux", on ne sert pas à manger, alors que le Venezuela souffre aussi de sévères pénuries alimentaires. "Ces chiffres sont utiles pour le gouvernement, ce sont des chiffres qui affectent les Vénézuéliens, derrière chaque chiffre il y a un père, une mère, un Vénézuélien qui souffre. Pourvu que le gouvernement réfléchisse", a lancé José Olivares, appelant l'armée, principal pilier du président Nicolas Maduro, à venir "voir la réalité des hôpitaux et avoir un sentiment de devoir face à la crise". L'étude a été menée dans 104 hôpitaux publics et 33 privés, dans 21 des 23 Etats du pays ainsi que dans la capitale Caracas, a précisé le médecin Julio Campos, membre de Médicos por la Salud. Le président Maduro, qui refuse l'offre de pays comme la Colombie voisine de mettre en place un canal humanitaire afin de pallier le manque de médicaments, assure que son gouvernement fait son possible pour contrer la pénurie, due selon les experts à la chute des cours du pétrole, unique richesse du pays, et une mauvaise politique économique. (Belga)

Vos commentaires