En ce moment
 
 

Des astronomes découvrent une planète SDF

 
 

Une planète errante, qui n'est pas en orbite autour d'une quelconque étoile et flotte donc librement dans le vide intersidéral, a été découverte par des astronomes européens et canadiens qui ont pu déterminer son âge, sa masse et sa température.

"Ce type de planète aussi froide et aussi jeune, bien que connue des théoriciens, n'avait jamais été encore observée à ce jour" et c'est aussi "l'objet de masse planétaire le plus près de notre système solaire jamais découvert", résume dans un communiqué Etienne Artigau, astrophysicien à l'Université de Montréal (UdeM). Cette planète flottante est tout de même située à une centaine d'années-lumière de notre Soleil.

Doux nom de CFBDSIR2149

Les astrophysiciens du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) et de l'UdeM ont déniché cette planète en collaboration avec des astronomes français, dont Philippe Delorme, du Laboratoire d'astrophysique de l'Observatoire de Grenoble et chercheur principal du projet. Répondant au doux nom de CFBDSIR2149, la planète errante semble faire partie d'un groupe d'étoiles très jeunes connu sous le nom d'"association jeune AB Doradus." AB Doradus est le "groupe stellaire en mouvement" le plus proche du Système Solaire. Ses étoiles se déplacent en même temps dans l'espace et l'on suppose qu'elles se sont formées à la même période.

Une température proche des 400°C

Les chercheurs ont d'abord obtenu une série de clichés dans l'infrarouge de CFBDSIR2149 sur le Télescope Canada-France-Hawaii (TCFH), puis ont utilisé la puissance du VLT, le très grand télescope de l'Observatoire européen austral (ESO) au Chili, pour en déduire sa masse, sa température et son âge.
 
La planète orpheline est âgée de seulement 50 à 120 millions d'années, a une température avoisinant les 400 °C et possède une masse comprise entre 4 et 7 fois celle de Jupiter, nettement en dessous de la masse des "naines brunes", des "étoiles ratées" qui n'ont pas assez de masse pour déclencher les réactions nucléaires qui font briller les étoiles.

"C'est comme chercher une seule aiguille dans des milliers de bottes de foin"

Un résultat, recherché depuis plus de dix ans, qui vient appuyer les théories de formation des étoiles et des planètes, souligne l'UdeM."Au cours des dernières années, plusieurs objets de ce type ont été repérés, mais aucune confirmation scientifique de leur âge n'avait pu valider leur existence", explique Jonathan Gagné, de l'UdeM.
 
Selon Etienne Artigau, "cet objet a été trouvé dans le cadre d'un relevé qui a couvert l'équivalent de 1.000 fois la surface de la pleine lune. On a observé des centaines de millions d'étoiles et de planètes... et nous n'avons trouvé qu'une seule planète errante tout près de nous.""Ces objets ne sont pas nécessairement rares, mais nous ne voyons que ceux qui sont tout près de nous (...) C'est comme chercher une seule aiguille dans des milliers de bottes de foin", déclare l'astrophysicien.
 
L'absence d'une étoile à proximité de cette planète a permis à l'équipe d'en étudier son atmosphère avec le maximum de détails.


 




 

Vos commentaires