En ce moment
 
 

Fernand, le touriste belge piégé par des mineures à Cuba et "abandonné" dans sa cellule

Fernand Simon, 67 ans, est emprisonné depuis deux ans à Cuba. Piégé par des jeunes filles mineures qui voulaient le racketter, il a été condamné à plus de treize ans d’emprisonnement, dans des conditions très difficiles. L’homme se sent abandonné par les autorités belges. Une enquête Paris Match, RTL-Tvi et Bel RTL.

Fernand Simon est belge et il est enfermé dans une prison cubaine depuis deux ans. Il purge une peine de 13 ans et 4 mois pour avoir embrassé deux jeunes filles en pleine rue. Accusé de corruption de mineures, il dit être tombé dans un piège. Arrivé à Cuba en 2010 avec un ami, il a croisé deux adolescentes (qu'il pensait majeures) qui mendiaient en rue avant de le provoquer. Quelques baisers et caresses se sont échangés, mais toujours au-dessus de la ceinture. "Ce que je ne savais pas, c'est que j'étais victime d'un complot. Des individus ont surgi en un coup, me demandant ce que je faisais avec des mineures d'âge avant de me menacer", a-t-il témoigné par téléphone à Pascal Vrebos depuis sa prison.

Rattrapé par la police

Dès cet instant, Fernand Simon a pris peur et s'est enfui. Il a été rattrapé par la police et emmené au commissariat, où les individus menaçants étaient là pour témoigner contre lui. Ils semblaient tout-à-fait à l'aise, presque comme chez eux.

"Enchaînement infernal"

Fernand Simon a senti le piège se refermer sur lui lorsqu'il a été confronté au procureur. Un comportement abusif envers mineures est un délit à Cuba, punissable d'une amende ou tout au plus d'une peine de prison maximale de deux ans. Mais le procureur l'a aussi accusé de "corruption de mineures". "Depuis lors, cela a été un enchaînement infernal", a ajouté Fernand Simon, condamné à 13 ans et 4 mois de prison. Son appel au jugement a été rejeté.

Son dernier espoir serait d'être amnistié par le président Raul Castro. S'il n'y parvient pas, il sera libre à l'âge de 78 ans.

> VOS REACTIONS SUR FACEBOOK: "Chez nous, il n'irait jamais en taule!"

Vos commentaires