En ce moment
 
 

La recette anti-crise du FMI: taxer les riches

La recette anti-crise du FMI: taxer les riches
Le Fonds monétaire international tient ses réunions de printemps 2021 en mode virtuel Daniel SLIM
 
 

Face à des caisses d'Etat qui se vident, le FMI a livré mercredi sa recette anti-crise: augmenter les impôts des plus riches et des entreprises qui ont fait de substantiels bénéfices pendant la pandémie afin de continuer à soutenir les plus vulnérables.

Le Covid-19 a laminé des pans entiers de l'économie mondiale et a affecté durement les personnes les moins qualifiées mais certaines entreprises, comme les géants de la tech, ont largement tiré leur épingle du jeu l'an passé, augmentant leurs bénéfices, alors que le monde basculait dans le tout numérique en raison des mesures de confinement.

Aux Etats-Unis notamment, certains ménages, déjà aisés, ont continué de s'enrichir: ils ont pu conserver leur emploi en télétravail, faire bonifier leurs actions en Bourse et épargner en dépensant moins dans les loisirs et les voyages.

Les cours des actions dans le monde, en particulier parmi les entreprises de haute technologie, ont bondi tout au long de la pandémie, accélérant ces dernières semaines pour établir de nouveaux records successifs alors que l'économie mondiale montre des signes de forte reprise après la récession.

"La pandémie a accru les inégalités", a déclaré Paolo Mauro, un des responsables des affaires budgétaires au Fonds monétaire international lors d'une conférence de presse dans le cadre des réunions de printemps.

Si la reprise est là, des millions de personnes sont toujours sans emploi ni ressources.

Et les gouvernements doivent poursuivre leur soutien financier. Il est donc "nécessaire de mobiliser des recettes fiscales supplémentaires" pour les redéployer à travers les soins de santé, l'éducation, les filets de sécurité sociale, a ajouté M. Mauro.

Pour ce faire, le FMI recommande, comme il l'avait fait en octobre, la mise en place d'une fiscalité provisoire sur les revenus les plus élevés pour aider les gouvernements à répondre à ces besoins de financement.

- "Inverser la tendance" -

Prenant acte que dans les économies avancées, il y a eu ces dernières années une érosion des revenus provenant de l'impôt sur les sociétés, M. Mauro a salué l'initiative internationale "pour parvenir à un accord" sur l'imposition d'une fiscalité minimale mondiale.

La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a mis en exergue cette initiative cette semaine, rapidement soutenue par des pays comme la France et l'Allemagne.

"Nous avons également constaté une érosion de l'imposition des revenus personnels pour les personnes se situant tout en haut de l'échelle des revenus", a expliqué Paolo Mauro.

"Ainsi, dans les économies avancées, il y a une opportunité d'inverser" cette tendance en augmentant à la fois l'impôt sur le revenu des sociétés et des particuliers les plus riches, en éliminant les niches fiscales, en augmentant les impôts fonciers ou les droits de succession, a-t-il détaillé.

"Il y a ainsi tout un éventail d'options disponibles", a-t-il poursuivi.

Une taxe provisoire pour se remettre du Covid, qui passerait par une surtaxe des entreprises, aurait du sens en particulier pour les entreprises ayant fait davantage de bénéfices pendant la crise, a-t-il dit, en référence à des géants comme Amazon.

Mardi, le patron d'Amazon, Jeff Bezos, avait assuré qu'il soutenait l'idée d'une hausse des impôts sur les sociétés aux Etats-Unis alors que le président Joe Biden avait dénoncé la semaine dernière le fait que le groupe ne paie pas de taxe fédérale sur ses bénéfices.

Le chef des affaires budgétaires du FMI Vitor Gaspar a de son côté défendu la vaccination tous azimuts pour sortir les pays de la crise.

Plus de 1.000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires pourraient être générées d'ici 2025 à l'échelle mondiale si tous les pays parvenaient à maîtriser la pandémie plus tôt que prévu.

Cela permettrait aussi "d'économiser des milliards supplémentaires dans les mesures d'aide" aux économies, observe le FMI dans son rapport sur la surveillance budgétaire publié mercredi dans le cadre des réunions de printemps.

"La vaccination est donc plus que rentable, car elle offre un excellent rapport qualité-prix aux fonds publics investis pour accélérer la production et la distribution mondiales de vaccins", commentent les auteurs.




 

Vos commentaires