En ce moment
 
 

Le réalisateur Christian Poveda assassiné au Salvador en plein tournage

 
 

Alors qu'il revenait d'un tournage dans une banlieue contrôlée par des gangs, au Salvador, le célèbre réalisateur et ancien reporter-photographe Christian Poveda a été tué par balles.

Le reporter-photographe et réalisateur de films documentaires français Christian Poveda a été assassiné par balles sur une route au nord de San Salvador, a indiqué un porte-parole de la Police nationale civile (PNC). "Les documents que portait la victime correspondent à Christian Gregorio Poveda Ruiz, et son cadavre a été localisé dans le canton de El Rosario, entre Apopa et Tonacatepeque", près du véhicule dans lequel il circulait, a-t-il précisé.

Selon des sources policières Poveda revenait d'un tournage dans la banlieue de La Campanera, contrôlée par les gangs. Dans un communiqué, le président Mauricio Funes, s'est déclaré "consterné" par l'assassinat du photographe et réalisateur qu'il a "condamné énergiquement".

Le chef de l'Etat appelle à "faire face ensemble" à la vague de violence

Le chef de l'Etat a demandé aux autorités de "diligenter les enquêtes nécessaires pour que les responsables soient traduits en justice" et appelé les différents secteurs du pays à s'unir dans un front commun pour "faire face ensemble" à la vague de violence que vit le pays.

Poveda, 54 ans, d'origine espagnole, a publié des reportages, en particulier sur l'Amérique Latine, dans de nombreux journaux et magazines, notamment El Pais, Le Monde, New York Times, Paris Match ou Stern. Ses documentaires ont été diffusés par plusieurs télévisions dans le monde et présentés dans plusieurs festivals de cinéma.

"La vida loca" des jeunes "maras"

Un de ces derniers documentaires, intitulé "La vida loca" (La vie folle) (2008), traite des "maras", gangs de jeunes salvadoriens, tatoués de la tête aux pieds, qui se livrent au trafic de drogue et aux extorsions, en faisant preuve d'une extrême violence. "La vida loca" doit sortir en salle en France le 30 septembre prochain.





 

Vos commentaires