En ce moment
 
 

Mondial de rugby: Rory Best, l'adieu aux larmes

Mondial de rugby: Rory Best, l'adieu aux larmes
Le talonneur irlandais Rory Best après la défaite en quarts de finale contre les All Blacks, le 19 octobre 2019 à TokyoAnne-Christine POUJOULAT

"Fatigué, blessé, déçu". Talonneur de légende, capitaine courage, l'Irlandais Rory Best, les yeux plein de larmes, aurait sans doute préféré mettre un terme à sa carrière sur une note un plus positive.

Pas sûr que les applaudissements, nourris, à la fin de la conférence de presse d'après-défaite contre la Nouvelle-Zélande (46-14), en quart de finale de la coupe du monde, suffisent à remonter le moral au joueur aux 124 sélections.

Pas plus que l'hommage rendu par les All Blacks, qui mettent un terme à sa quatrième Coupe du monde. Car sa carrière se termine comme elle avait commencé, par une défaite face à la Nouvelle-Zélande. La première, c'était un soir de novembre 2005, première brique dans la construction de l'un des plus beaux palmarès du rugby irlandais, avec notamment quatre victoires finales dans le Tournoi des six nations dont deux Grands Chelems en 2009 et 2018.

La dernière, très large par son ampleur, prive l'Irlande de sa première demi-finale de Mondial. Une démonstration XXL des All Blacks, qui ont roulé sur leurs adversaires, incapables de réagir devant la marée noire. "C'était un match incroyablement difficile", a confié Rory Best, 37 ans, après la défaite face aux doubles champions du monde en titre.

Les larmes aux yeux, il a tout de même eu un mot pour les supporters du XV du Trèfle, venus en masse à Tokyo. "Ils sont incroyables, comme toujours. Ils ont mis une ambiance incroyable, ils ont été géniaux", a-t-il assuré.

- Troisième joueur irlandais le plus capé -

"Les gars vont regarder ce match et ils vont comprendre comment s'améliorer", a indiqué Best, qui a participé à deux tournées des Lions britanniques et irlandais en 2013 et 2017 mais sans disputer le moindre test-match. Il a également remporté le Pro12 avec l'Ulster en 2016.

"J'ai le sentiment que c'est le bon moment pour m'en aller, je me sens très privilégié d'avoir le luxe de le faire au moment qui me convient", avait-il expliqué en avril, pour justifier sa décision.

Il s'en va un soir de défaite en quart de finale de Coupe du monde comme l'un de ses illustres devanciers, le talonneur chauve Keith Woods, qui avait quitté la scène après (déjà) une déroute face à la France (43-21) en 2003.

Sous son capitanat, le XV au Trèfle a grimpé durant l'été au premier rang du classement World Rugby, détrônant la Nouvelle-Zélande après plus d'une décennie, et a remporté la première victoire de son histoire contre... les All Blacks en 2016. Best s'en va en même temps que son sélectionneur, le Néo-Zélandais Joe Schmidt, qui lui avait offert le statut de capitaine.

Sous le maillot de l'Irlande, il est le troisième joueur le plus capé de l'histoire derrière les icônes Brian O'Driscoll (133 entre 1999 et 2014) et Ronan O'Gara (128 entre 2000 et 2013).

Il est temps de tourner la page d'une carrière intense. "J'en ai adoré chaque minute", a-t-il lâché.

Vos commentaires