En ce moment
 
 

Mur des Lamentations: des femmes défendant la prière mixte prises à partie

Mur des Lamentations: des femmes défendant la prière mixte prises à partie
Une militante du mouvement Femmes du mur prie devant le Mur des Lamentations à Jérusalem, portant phylactères et châle de prière, le 8 mars 2019GALI TIBBON
ISRAEL

Des milliers de jeunes juifs ultra-orthodoxes s'en sont pris vendredi à un groupe de femmes militant pour l'égalité des droits de prière au Mur des Lamentations à Jérusalem, a constaté une photographe de l'AFP.

L'organisation Femmes du mur milite depuis des décennies pour le droit de revêtir, comme les hommes, le châle de prière et de lire, collectivement et à haute voix, la Torah devant le Mur des Lamentations, site de prière le plus sacré des juifs.

Vendredi, les militantes se sont retrouvées entourées par des milliers de personnes, a raconté l'une des porte-parole des Femmes du mur, Tzaphira Stern.

"Cela devenait très dangereux, très violent", a-t-elle dit, "il y avait 10.000 personnes, c'était effrayant". Deux personnes sont tombées sous la poussée et ont dû recevoir des soins, a-t-elle ajouté.

Les policiers ont finalement évacué le groupe de femmes, qui s'est fait bousculer, cracher dessus et insulter, afin qu'elles achèvent leur prière à l'écart, dans le prolongement du mur, mais loin de la section où les croyantes prient traditionnellement, a précisé Mme Stern.

La police israélienne a accusé certaines des militantes d'être venues "dans une intention de confrontation et de provocation".

Hommes et femmes prient séparément devant le Mur des Lamentations. Si, dans la pratique, les femmes peuvent aujourd'hui se couvrir du châle de prière, le rabbinat du mur leur interdit strictement d'y amener les rouleaux de la Torah, a expliqué Mme Stern.

Les Femmes du mur organisent tous les mois une prière, régulièrement perturbée par des fidèles hostiles, notamment chez les ultra-orthodoxes, observants rigoureux des règles du judaïsme.

Cette prière vendredi coïncidait avec le 30e anniversaire de la création de leur mouvement et la Journée internationale des droits de la femme.

Leurs adversaires ultra-orthodoxes ont mobilisé leurs troupes et acheminé par bus des milliers de lycéens venus notamment des colonies de Cisjordanie, territoire voisin occupé par Israël, a dit Mme Stern.

"Pour préserver l'ordre public, la police a séparé les deux parties et arrêté un homme de 20 ans qui avait essayé de s'en prendre à un policier", a dit la police dans un communiqué.

La police a formé un cordon de sécurité pour extraire les Femmes du mur de la section des femmes, a constaté une photographe de l'AFP.

Vos commentaires