En ce moment
 
 

Russie: Depardieu se voit offrir une maison et un poste de ministre

L'acteur français Gérard Depardieu a été accueilli en grande pompe dans la région de Mordovie où on lui a offert le poste de ministre de la culture et une maison. Cette région est connue pour ses camps de prisonniers. L'une des Pussy Riot, condamnées à deux ans de camp pour une prière anti-Poutine en février 2012, y purge sa peine.

A sa descente d'avion à l'aéroport de Saransk, ville de 300.000 habitants et capitale de la Mordovie (640 km à l'est de Moscou), Depardieu a été accueilli en fanfare par le gouverneur de la région et des femmes en costumes traditionnels qui ont chanté sur le tarmac. "Gérard Depardieu a été accueilli comme un héros" à Saransk, a indiqué une journaliste de la chaîne de télévision russe d'informations en continu Russie 24, ajoutant que l'acteur était venu fêter le Noël orthodoxe, célébré le 7 janvier.
 


Une vingtaine de cameramen et de journalistes

Portant un manteau et une chemise à col ouvert, l'acteur français a aussitôt exhibé son nouveau passeport russe devant une nuée de cameramen et photographes qui l'attendaient à l'aéroport sous la neige. "Je suis très content, c'est très beau ici", a déclaré Depardieu, selon l'agence Interfax.


 
Une maison ou un appartement offerts en Mordovie, connue pour ses camps de prisonniers

En Mordovie, le gouverneur de la région, Vladimir Volkov, a proposé au citoyen russe Depardieu de choisir un appartement ou un endroit pour se construire une maison, selon l'agence Itar-Tass. Le site local MordovMedia précise que les autorités locales ont promis à l'acteur de lui "construire une maison au coeur des magnifiques forêts de Mordovie et au bord de l'Insar", une rivière locale. La Mordovie est moins connue pour ses attraits touristiques que pour la vingtaine de camps de prisonniers qu'elle abrite aujourd'hui, et dont la création remonte à l'époque stalinienne, quand ils faisaient partie du Goulag. L'une des deux jeunes femmes membres du groupe Pussy Riot, condamnées à deux ans de camp pour une prière anti-Poutine en février 2012, purge sa peine en Mordovie.


 
Il rend son passeport français, mais garde la nationalité

Le président russe Vladimir Poutine a accordé la citoyenneté russe à Gérard Depardieu qui a annoncé vouloir quitter la France et rendre son passeport français pour échapper à des impôts qu'il juge trop lourds. L'acteur n'a pas précisé s'il comptait abandonner sa citoyenneté française dans la foulée. Peu après l'annonce de Vladimir Poutine, l'acteur s'était félicité de ce geste dans une lettre où il exprimait son amour pour la Russie et pour le président russe. Il y faisait aussi l'éloge de la démocratie dans ce pays, ce qui a provoqué un concert de critiques en Russie et à l'étranger.



Une "chaleureuse" rencontre avec Poutine

Le Kremlin a confirmé dimanche que Depardieu avait reçu son passeport russe samedi soir lors d'une "brève rencontre" avec Vladimir Poutine dans la résidence présidentielle de Sotchi, sur les bords de la Mer Noire. Sur les images, on les voit se serrer dans les bras l'un de l'autre. A la question de savoir si Depardieu avait reçu le passeport de la main de M. Poutine, son porte-parole, Dmitri Peskov, a simplement répondu non, sans donner plus de détails. "L'acteur est en Russie en visite privée", a indiqué un communiqué du Kremlin.



Il est très populaire en Russie

Les médias russes, qui ont accordé une large couverture à la visite de Depardieu, ne précisent pas combien de temps l'acteur français envisage de rester en Russie. Très célèbre en Russie, Depardieu apparaît régulièrement dans diverses publicités, notamment pour la banque Sovietski et pour une marque de ketchup.



Il encense des personnalités controversées

Mais sa renommée a été assombrie par de nombreuses frasques: il a par exemple assommé un paparazzi à Florence en 2005, uriné dans la cabine d'un vol Paris-Dublin en 2011 ou frappé un automobiliste en plein Paris en août. En octobre dernier, il a participé à des célébrations officielles à Grozny, en Tchétchénie, au cours desquelles il avait lancé: "Gloire à Kadyrov", en s'affichant au côté de Ramzan Kadyrov, leader de la petite république du Caucase, accusé de multiples exactions par les ONG de défense des droits de l'homme.


 
Une diversion?

Certains ont vu dans l'attribution de la nationalité russe à l'acteur français une opération de communication de Moscou pour détourner l'attention de l'opinion publique de la récente décision très controversée de Poutine d'interdire l'adoption d'enfants russes par des citoyens américains.

 

Vos commentaires