En ce moment
 
 

US Open: Daniil Medvedev qualifié sans être hué

US Open: Daniil Medvedev qualifié sans être hué
Daniil Medvedev, 5e mondial, s'est qualifié pour sa première demi-finale de l'US Open en battant Stan Wawrinka (24e) 7-6 (8/6), 6-3, 3-6, 6-1.TIMOTHY A. CLARY
sport

Même sans être hué il gagne: Daniil Medvedev, 5e mondial, s'est qualifié dans le calme mardi à l'US Open pour sa première demi-finale de Grand Chelem en battant Stan Wawrinka (24e) 7-6 (8/6), 6-3, 3-6, 6-1.

Il affrontera vendredi Roger Federer (3e) ou Grigor Dimitrov (78e) pour une place en finale.

"Désolé, les gars... et merci !", a lancé en éclatant de rire le Russe de 23 ans dans un jeu de provocation avec le public américain. Lors des deux précédents matchs, il lui avait affirmé se nourrir des copieux sifflets qu'il lui adressaient.

Cette fois, il était parfaitement apaisé et serein pour affronter Wawrinka. Et le public, clairement en faveur de Wawrinka, ne s'est pas montré véhément à son encontre, manifestant même son admiration lors des beaux points qu'il a marqués.

"C'était un match bizarre: j'ai eu très mal à la jambe dans le premier set et j'ai cru que j'allais devoir abandonner. Mais je suis heureux d'atteindre ma première demie de Grand Chelem", a expliqué Medvedev.

"Avant le match, je me sentais parfaitement bien. Mais j'ai dû m'étirer le quadriceps gauche au premier jeu. J'ai pris un antidouleur et c'est passé, on verra comment ce sera en demies", a-t-il ajouté.

Medvedev confirme qu'il est bien l'homme en forme de la tournée nord-américaine sur dur cet été. Après ses trois finales en autant de tournois, dont une gagnée au Masters 1000 de Cincinnati, le Russe est toujours là à Flushing Meadows.

De son côté, Wawrina qui avait bénéficié de l'abandon du tenant du titre Novak Djokovic en 8es de finale, était-il remis de sa baisse soudaine de régime physique qui lui avait fait annuler certaines de ses obligations médiatiques qui ont suivi le match et même encore le lendemain ? En tout cas, il a semblé laisser filer la dernière manche.

Vos commentaires