Visite d'État au Canada - Belgique et Canada doivent "joindre leurs forces" face aux défis

Visite d'État au Canada - Belgique et Canada doivent

(Belga) Le roi Philippe et la reine Mathilde ont clos lundi la deuxième journée de leur visite d'Etat au Canada par le banquet d'Etat, lors duquel le souverain a souligné dans un discours la nécessité pour les deux pays de joindre leurs efforts. Au lendemain de l'arrivée du couple royal à Ottawa, ce banquet était donné par la gouverneure générale Julie Payette, représentante de la reine Elisabeth II au Canada.

Le message d'une nécessité d'un "renforcement mutuel" entre la Belgique et le Canada, qui "partagent les mêmes racines et valeurs", était au centre du discours du souverain belge à cette occasion. "Nous devons faire face aux défis économiques, sociaux et environnementaux, aux phénomènes comme la guerre, le terrorisme et la migration", a-t-il observé. "Et nous devons trouver des réponses aux problèmes qui se posent en conséquence des avancées technologiques". "L'Europe et le Canada doivent plus que jamais joindre leurs forces pour offrir à nos concitoyens dans ce contexte la protection nécessaire tout en travaillant à la collaboration, indispensable, et l'innovation". Le Roi a une nouvelle fois évoqué le passé commun des deux pays, dans un contexte de guerre mondiale. "Par le passé, nous avons déjà surmonté d'autres difficultés ensemble. Il y a 100 ans, la Première Guerre mondiale prenait fin. La Belgique n'oubliera jamais les décès, sur le sol belge, d'un quart des plus de 60.000 soldats canadiens qui sont tombés dans cette guerre". Julie Payette, ancienne astronaute, avait elle-même souligné peu avant les liens entre les deux pays. La collaboration doit se poursuivre, dans un souci d'assurer l'avenir, "car la Terre n'est pas petite. Depuis l'espace, elle est incroyablement splendide". Mardi, le programme du couple royal comprend une visite à la National Gallery of Canada et au Canadian War Museum. Dans ce musée se trouve le canon qui aurait été le tout dernier à faire feu, lors de la Première Guerre mondiale. L'armée canadienne l'avait offert à la Ville de Mons après l'armistice de 1918. cette pièce d'artillerie fait, depuis janvier, l'objet d'un prêt au musée canadien. (Belga)

Vos commentaires