En ce moment
 
 

Les automobilistes bruxellois réagissent à l'interdiction d'entrer dans la ville avec une voiture polluante: "Tout le monde ne sait pas s'en acheter une autre"

  • Bruxelles, zone de basse émission en 2018: la réaction des automobilistes

  • Une zone de basse émission à Bruxelles dès le 1er janvier 2018

 
 
 

Les véhicules les plus polluants seront interdits de circuler dans la Région bruxelloise en 2018. Le gouvernement régional présentera aujourd'hui les modalités pratiques du dispositif. Mais qu'en pensent les principaux concernés?

A Bruxelles, dès le 1er janvier, les véhicules les plus polluants seront interdits de circuler sur tout le territoire des 19 communes de la Région. Ce sont les véhicules diesel qui seront les premiers concernés. Seuls les diesels immatriculés après le 1er janvier 1997 pourront encore circuler dans la capitale. En 2019, l’étau se resserre, il faudra que le véhicule diesel soit immatriculé à partir du 1er janvier 2006 et l’interdiction concernera aussi les voitures essence de plus de 18 ans. Les règles se durciront ensuite jusqu’en 2025. Il n’y aura pas de système de vignette comme à Paris, le contrôle se fera par caméra et l’automobiliste qui ne respecte pas les règles s’exposera à une amende.

"Ce n'est pas juste, parce que tout le monde ne sait pas s'acheter une autre voiture", a réagi une automobiliste qui passait le contrôle technique ce jeudi matin.

"Je trouve ça mal calculé et je pense que le système de vignette en France est beaucoup mieux, parce que là l'entrée dans les villes n'est pas interdit d'office, mais uniquement quand il y a des pics de pollution", a ajouté le propriétaire d'un véhicule immatriculé en 1993.

Les véhicules Euro 0 et Euro 1, les plus polluants, ne représentent à peine qu'un peu plus de 1% du parc automobile.




 

Vos commentaires