Luc Hennart ne sera plus président du tribunal de première instance de Bruxelles

Luc Hennart ne sera plus président du tribunal de première instance de Bruxelles

Le Conseil supérieur de la Justice (CSJ) a décidé mercredi de ne pas renouveler le mandat de Luc Hennart comme président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles. La même décision a été prise pour son homologue néerlandophone, Alfred Vanwinsen.

La Commission de nomination et de désignation réunie du CSJ devait se prononcer mercredi sur les mandats de Luc Hennart et Alfred Vanwinsen, qui étaient candidats pour rempiler comme présidents des tribunaux de première instance respectivement francophone et néerlandophone de Bruxelles. Auprès audition des deux hommes, qui ont dû aussi présenter par écrit un bilan de leur poste de chef de corps et leurs objectifs pour le futur, il a été décidé de ne pas les renouveler. "Il s'agit de décisions souveraines de la Commission, après délibération à huis clos, prises à la majorité des deux tiers dans chaque groupe linguistique", explique Magali Clavie, membre du bureau du CSJ.

En fonction jusqu'au 30 mars

Les motivations sont confidentielles. Elles sont inhabituelles car les mandats sont presque toujours renouvelés et c'est la première fois qu'un mandat de président d'un tribunal ne l'est pas, d'après Mme Clavie. On sait que Luc Hennart ne fait pas l'unanimité. Encore ces dernières semaines, il a été critiqué pour son attitude par rapport à la juge d'instruction Anne Gruwez, figure centrale du documentaire "Ni juge, ni soumise". La Dernière Heure a relaté mardi qu'il avait refusé de payer certains interprètes pour des prestations effectuées en soirée ou le week-end. Et, d'après La Libre Belgique, des juges de la jeunesse bruxellois lui ont récemment adressé un courrier pour s'offusquer de la manière dont il leur avait parlé lors d'une réunion. Luc Hennart et Alfred Vanwinsen resteront en fonction jusqu'au 30 mars, date à laquelle leur mandat actuel se termine. Suivra une période d'intérim jusqu'à la désignation de leurs successeurs. L'intérim est généralement assuré par le plus ancien des vice-présidents, précise Magali Clavie.

Une image instagram a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires