En ce moment
 

Marche blanche après le meurtre d'une prostituée à Schaerbeek : "On est choqués que ce meurtre ait pu se passer à quelques mètres de chez nous"

Plus de 150 personnes, selon la police sur place, ont pris part, jeudi à 10H00, à la marche silencieuse dans le quartier nord de Bruxelles en mémoire d'Eunice, une prostituée âgée d'une vingtaine d'années mortellement poignardée le matin du mardi 5 juin dans la rue de Linné à Schaerbeek.

La marche est partie de la rue des Plantes, où sont situés les locaux d'Espace P, une ASBL qui accompagne les personnes qui se prostituent. Le comité de quartier "Dupont plus verte" a distribué une centaine de roses blanches aux participants. Après un tour dans le quartier nord, elles ont été déposées sur les lieux du drame, rue Linné, aux côtés de photos de la victime.


La police est présente dans le quartier

 

Des femmes qui ont travaillé avec Eunice pleuraient. Des chants ont rompu le silence et ont allégé ce moment d'émotion. "C'était une femme qui travaillait ici pour gagner sa vie et certainement pour nourrir sa famille au Nigéria et je trouve très triste qu'on lui ait enlevé la vie à 22 ans", a déclaré Marie, porte-parole d'UTSOPI (Union des Travailleuses et Travailleurs du Sexe organisés pour l'Indépendance) qui a organisé cette marche avec le comité de quartier "Dupont plus verte" et Espace P.

Depuis le drame, elle remarque que la police est plus présente dans le quartier et elle espère que cette attention va perdurer. Marie appelle à ce "que les politiques aient un peu plus de respect envers les TDS (travailleuse du sexe), qu'ils nous considèrent comme des êtres humains, non plus comme de simples nuisances. Je pense à Emir Kir et Philippe Close (respectivement bourgmestres de Saint-Josse-ten-Noode et de Bruxelles-Ville). Avec Bernard Clerfayt (bourgmestre de Schaerbeek), ça se passe très bien. Je crois que les politiques devraient une fois pour toutes se mettre autour de la table et trouver un statut pour tous les travailleurs sexuels."

Vos commentaires