Un handicapé coincé plusieurs heures dans le métro: "Le service PMR n’est accessible que de 7 à 21h"

Un handicapé coincé plusieurs heures dans le métro:
Nos confrères de Sudpresse ont rencontré Jacques, le témoin

Il n’est pas toujours évident de profiter des transports en commun lorsqu’on est une personne à mobilité réduite. Jacques, un Bruxellois de 44 ans en sait quelque chose. Pour lui, pas question de renoncer aux transports en commun, même au prix de quelques mésaventures.

Jacques est en fauteuil roulant depuis 2 ans et demi. Il n’a jamais voulu abandonner sa vie sociale et il se débrouille donc entre métros, trams et bus. Fin janvier, il rentre d’une soirée chez des amis. Il commence par un trajet en bus où la rampe d’accès pour les fauteuils roulants est cassée. D’autres passagers doivent l’aider pour monter à bord.


Sa propre technique pour utiliser les escalators

Une fois arrivé à la station de métro Madou, vers 23h, Jacques descend dans la station. Il emprunte les escalators grâce à une technique bien à lui et qu'il utilise souvent : il bloque ses roues sur les marches et agrippe fermement ses mains aux rampes.


Coincé !

Problème, pour accéder aux quais situés un niveau plus bas, les 2 escalators d’accès fonctionnent uniquement dans un sens, celui de la montée. Coincé, Jacques sonne à la borne STIB mais on lui répond que le service pour les personnes à mobilité réduite n'est ouvert que de 7 à 21h.


"Ne me portez pas, cela casse ma chaise"

Cinq agents arrivent sur place mais refusent de changer le sens des escalators. Ils lui proposent de le porter jusqu’en bas mais Jacques ne veut pas car sa chaise roulante s'est déjà cassée en utilisant cette technique.


Après deux heures d’attente, Jacques prendra un taxi

Il est 1h du matin, Jacques est finalement contraint de prendre un taxi, que l’un des agents de sécurité lui paiera. Dans les pages de La Capitale, Jacques explique qu'il ne compte pas en rester là. Il ne manquera pas de parler prochainement de ses nombreuses mésaventures au ministre bruxellois de la mobilité, Pascal Smet.

Vos commentaires