En ce moment
 
 

Marc Coucke recrute à Durbuy pour le parc "La petite Merveille": "Le but c’est qu’on voie qu’ils s’amusent"

Le milliardaire flamand Marc Couke souhaite en faire l'une des attractions touristiques majeures en Wallonie et pour ce faire, le parc "La petite Merveille" engage à Durbuy. Ce samedi, c'était le deuxième job day, avec à la clé 10 emplois temps plein mais aussi de nombreux postes saisonniers. Christophe Clément et Aline Lejeune étaient sur place pour le RTLINFO 19H.

Moniteur d’acrobatie: le job n’est pas à la portée de tous. Une rapide présentation, voici les candidats en conditions réelles sur la via ferrata.

Pour le recrutement, les capacités physiques sont prises en compte, mais pas seulement. "Le but c’est qu’on voie qu’ils s’amusent parce que c’est quand même quelque chose de très important dans la société, on veut que les gens soient souriants et qu’ils sachent accueillir les gens avec le sourire, tout le temps", explique Pascal Lardinois, responsable du parc d’aventure.

Christopher Pierlot, candidat à un poste de moniteur, explique: "Ca me plait énormément, je trouve que mélanger le sport avec le boulot, c’est super génial, franchement".

Seuls les futurs moniteurs doivent se soumettre à cette épreuve. Pour les autres postes, l’entretien d’embauche est déterminant. Chauffeurs de bus, commis de cuisine ou réceptionnistes : 260 candidats ont été reçus, mais il n’y a qu’une dizaine d’emplois à pourvoir. "On cherche des personnes qui ont envie de travailler dans le secteur du tourisme, donc forcément qui ont envie de donner du plaisir aux visiteurs qui vont venir nous visiter", explique Aline Virzi, directrice des ressources humaines à "La petite merveille".

Julien Waxweiler, un candidat, explique: "J’aime bien tout ce qui est attractions, j’aime bien communiquer avec les gens, donc le job souhaité, le job de rêve j’ai envie de dire, c’est par ici", confie-t-il.

Cette opération de recrutement est aussi une vitrine pour le plus grand parc d’aventures de Belgique. Mais la direction l’assure, les emplois saisonniers peuvent un jour se transformer en contrats à durée indéterminée, comme la centaine de salariés fixes déjà engagés.

Vos commentaires