En ce moment
 
 

Violente agression au club des jeunes des Francs Borains à Boussu: des individus cagoulés brisent des vitres et malmènent des enfants

 
 

Des individus cagoulés ont semé un vent de panique samedi soir lors d’un dîner organisé au club des jeunes des Francs Borains à Boussu. Ces agresseurs ont détruit des vitres et cassé du mobilier. Ils ont également malmené des enfants. Une enquête policière est ouverte.

Face à la salle des fêtes du club des jeunes des Francs Borains, on aperçoit ce dimanche matin un énorme pavé sur le sol juste à côté d'une fenêtre qui a miraculeusement tenu le coup. Peu avant minuit samedi soir, des agresseurs cagoulés sont arrivés sur les lieux, certains avec une matraque à la main.

Pour le président du club, on a échappé au pire. "Si cette vitre n'était pas sécurisée et que ce pavé était passé à travers, derrière il y avait une petite fille de 7 ans", lance Sergio Armando. "Aujourd'hui, on n'aurait pas eu les mêmes faits. Ce sont des faits extrêmement graves et on est sur une tentative de meurtre, je suis désolé", ajoute-t-il.  

"C'était choquant, catastrophique", confie une témoin. Pour les membres du club, il est difficile de revenir ce dimanche matin sur cette agression. Des enfants se trouvaient dehors. Ils étaient simplement en train de jouer. Certains ont été malmenés. "Ils sont tous sortis de la voiture. Ils disaient : "Chopez les enfants". Après, il y en a un qui m'a pris par la capuche, qui a essayé de m'attraper et moi j'ai mis un coup pour qu'il me lâche", raconte Livio, 11 ans. Selon lui, c'était des jeunes de 18-20 ans. "Je les ai vus casser cette fenêtre, lancer un pavé. Ils ont aussi essayé de m'attraper et de me frapper", confirme Salvatore, 11 ans. 

Rapidement, les policiers sont arrivés sur les lieux en nombre. Lors de leur fuite, les agresseurs ont jeté des pavés sur un car de joueurs qui rentraient d'un match. Des scènes violentes face aux jeunes. "L'image qui me marque, c'est tous les enfants en pleurs. Il y a une petite fille et des enfants qui se sont fait pipi dessus. On a essayé de les rassurer car ils étaient en panique totale", témoigne le président du club. 

La piste de supporters ultras d'autres clubs est évoqué pour le moment. Une plainte a été déposée à la police. Le bourgmestre souhaite que des moyens importants soient débloqués pour retrouver les agresseurs. 

 
 


 

Vos commentaires