En ce moment
 
 

Un apiculteur esneutois perd la moitié de ses abeilles en 6 mois: qu'est-ce qui les a tuées?

Jamais Eric Delmelle n’avait vu une chose pareille en 10 ans d’expériences. Cet apiculteur d'Esneux, dans la province de Liège, a perdu 50% de ses ruches en l’espace de quelques mois. Des abeilles importées en avril dernier de Hongrie pour renflouer les ruches de l’apiculteur. Il cherche à comprendre les causes de la catastrophe. "En Hongrie et en Slovénie, les mêmes abeilles vivent très bien. Le rucher hongrois avait perdu 2 colonies sur 54 l'hiver dernier", s'étonne-t-il. 

Les raisons pour lesquelles les abeilles hongroises n’ont pas survécu chez nous peuvent être nombreuses : pesticides, monoculture, sécheresse, maladie… Du côté scientifique, on pointe surtout les dangers de l’importation. "Si on va chercher des abeilles à l'étranger, il faut s'attendre à avoir des pertes. Ces abeilles ne sont pas adaptées à notre environnement. A ce moment là, on a des abeilles qui sont moins résilientes, plus faibles et qui dépérissent plus vite", explique Grégoire Noël, doctorant à l'ULG en entomologie, l'étude des insectes.

L’apiculteur souligne toutefois que ses pertes ne concernent pas uniquement les abeilles hongroises. " Il y a des abeilles belges, françaises, autrichiennes, allemandes... Toutes sont confrontées au même environnement. J'ai perdu des colonies de tous les types", précise l'apiculteur. Il lance un appel au soutien sur les réseaux sociaux. Il espère récupérer ses 6000€ de perte le plus vite possible.

Vos commentaires