En ce moment
 
 

"On n'a pas connu ça depuis 1976": le barrage de Nisramont a atteint un niveau historiquement bas

 
 

Le lac du barrage de Nisramont, un village belge de la commune de La Roche-en-Ardenne en province de Luxembourg, a atteint un niveau historiquement bas. Le lac fournit de l'eau potable à 12 communes de la région. Elles sont passées, ce weekend, en code orange qui contraint les habitants à limiter leur consommation d'eau.

Olivier, un habitant de la région, est venu voir l'état du barrage. Le constat est inquiétant. "C'est impressionnant, car on se demande ce qui se passe. Normalement, l'eau est rejetée tout le temps et c'est vraiment des grosses vagues et ici il n'y a plus rien du tout", explique-t-il.

En 2015, l'eau coulait à flots. Mais aujourd'hui, il n'y a pas une goutte. De la verdure a même eu le temps de pousser sur les parois.

"Nous sommes en présence d'un réservoir de 3 millions de mètres cubes. Sur une hauteur de 14 mètres, le niveau est descendu de 2 mètres, donc le réservoir est en train de peiner pour retrouver une situation. On n'a pas connu ça depuis 1976", précise Guy Gilloteaux, bourgmestre de La Roche-en-Ardenne.

Cette situation inquiète, car ce réservoir alimente entre 60.000 et 70.000 personnes dans le nord de la province de Luxembourg. En période touristique, cela peut atteindre 150.000 personnes.

Elsie, habitante de Lokeren, est venue passer le week-end avec son mari. "Nous avons fait le tour du barrage et on a vu que l'eau était très basse. C'est spectaculaire", constate la touriste.

La Société wallonne des eaux (SWDE) surveille la situation de près et rappelle que la fonction première du barrage de Nisramont était de réguler le niveau de l'Ourthe. Finalement, la SWDE a commencé à y puiser de l'eau, car les puits installés localement ne suffisaient plus.

"L'eau qui provient de la station de traitement des eaux du barrage de Nisramont, la station de la SWDE, est déjà une solution de secours ou d'appoint", détaille le porte-parole de la Société wallonne des eaux. "Effectivement, si on en arrive à un manque d'eau au barrage de Nisramont, là il n'y a plus de solution alternative dans l'immédiat."

Douze communes passent "en code orange"

Douze communes alimentées par le barrage de Nisramont ont été appelées par la Société wallonne des Eaux (SWDE) à modérer leur consommation d'eau, alors que "le niveau du lac est historiquement bas", indique dimanche le porte-parole de la SWDE, Benoît Moulin.

La SWDE a adressé un courrier aux communes de Bastogne, Bertogne, Fauvillers, Houffalize, La Roche, Marche-en-Famenne, Martelange, Neufchâteau, Rendeux, Sainte-Ode, Vaux-sur-Sûre et Wellin, leur enjoignant de limiter leur consommation d'eau. "Le code orange équivaut à une recommandation, pas à une contrainte. Il s'agit d'une attitude de prudence", précise Benoît Moulin. 

Pour les habitants, cela implique d'éviter les usages non indispensables de l'eau de distribution, comme arroser les pelouses et plantations, laver les voitures, remplir les piscines, etc. Dans les 12 communes concernées, le code orange restera d'application jusqu'à nouvel ordre.  

La SDWE prévoit de faire le point à la fin de la semaine prochaine.

Les communes concernées

Des arrêtés de restriction d'usage d'eau ont été pris dans 23 communes. StoumontBurg Reuland, Rochefort, DurbuyLibinLibramont, Chimay, Theux, Bouillon, LégliseHabayPepinsterVresse-sur-SemoisTellinBertogneTennevilleGouvyGedinneHottonAmblèveBullangeBütgenbach et Saint-Hubert ont pris des arrêtés de restriction d'usage de l'eau. Il est demandé de ne pas remplir sa piscine, laver sa voiture ou arroser son jardin. 16 autres communes font également l'objet d'une surveillance particulière.

16 autres font l'objet d'une surveillance particulière de la part de la SWDE (Société wallonne des eaux), à savoir JalhayVielsalmHouffalize, Bastogne, BertogneBullangeFauvillersMartelangeNeufchâteauVaux-sur-SûreSaint-OdeWellin, Marche-en-Famenne, Rendeux, La Roche-en-Ardenne et Beauraing, indique la cellule d'expertise sécheresse de la région wallonne, vendredi soir, après s'être réunie.

Depuis la réunion précédente du 25 août, les précipitations sur le territoire wallon ont été minimes. La situation reste donc similaire en ce qui concerne l'indice sécheresse de l'IRM par rapport à la semaine dernière, c'est-à-dire un régime extrêmement sec.

Pour les 7 jours à venir, le régime d'averses modérées qui est annoncé - jusqu'à 10 litres d'ici le début de semaine prochaine - aura peu d'influence sur la situation de sécheresse, précise encore la cellule dans un communiqué. Les mesures de restriction face à la sécheresse restent globalement identiques.

Concernant la pêche, les mesures d'interdiction qui étaient d'application jusqu'au 4 septembre ont été prolongées jusqu'au 18 septembre.

La baignade est interdite à Falemprise en raison de cyanobactéries et à Pont-à-Lesse. Les autres zones de baignade officielles sont ouvertes. Les baignades sont déconseillées en dehors de ces zones officielles.

La prochaine réunion de la cellule d'expertise sécheresse aura lieu jeudi 8 septembre à 13h30.


 

Vos commentaires