En ce moment
 
 

Sécheresse: les habitués du car-wash d'Olivier à Habay-la-Neuve ne viennent plus beaucoup car "ils ont une prise de conscience"

Sécheresse: les habitués du car-wash d'Olivier à Habay-la-Neuve ne viennent plus beaucoup car "ils ont une prise de conscience"
© Belga
 
 

13 communes en Wallonie désormais ont mis en place des restrictions d'eau en raison de la sécheresse qui s'éternise, mais les car-wash peuvent rester ouverts. Certains clients ont décidé de ne plus venir, pour économiser l’eau. D’autres au contraire viennent pour la première fois, car ils ne peuvent plus laver leur voiture chez eux.

Il est pourtant interdit dans ces communes wallonnes d'arroser sa pelouse, de remplir sa piscine ou de laver sa voiture avec de l'eau potable.
mais pour l'instant les car-wash peuvent continuer leur activité pour peu que celle-ci soit essentielle à la survie de l’entreprise.

Olivier vit à Habay en province de Luxembourg. Il teste pour la première fois un car-wash de Habay-la-Neuve. "Comme on ne peut plus arroser les pelouses, nettoyer les maisons dans la commune d'Habay, je me suis dit que c'était bien de venir ici pour nettoyer la voiture", explique-t-il.

Le geste est plutôt positif, car dans cette station, 90 % de l'eau provient de la récupération d'eau de pluie via une citerne de 60.000 litres. Cédric, le patron du car-wash, constate qu'il y a de nouveaux clients. Mais les véritables habitués se font plus discrets. "Je pense qu'il y a des gens qui sont sensibilisés. Donc ils ne nettoient pas les véhicules ici, mais pas chez eux non plus, car ils ont une prise de conscience du problème de l'eau".

Des affiches devraient d'ailleurs voir le jour dans la station de self-wash pour sensibiliser les clients à limiter leur usage de l'eau. "Moi, j'ai fait l'essai chez moi, en 5 minutes, on peut nettoyer une voiture, mais il y a des gens qui restent 30 minutes", précise le patron.

C'est donc au client d'adapter son programme pour moins consommer. Les car-wash restent ouverts tant que la situation n'est pas critique. 


 

Vos commentaires