En ce moment
 
 

"On a pleuré de voir ça comme ça": des dégâts impressionnants rendent inaccessible le cimetière de Bouvignes

 
 

Le cimetière de Bouvignes (Dinant) est inaccessible depuis ce jeudi à cause des inondations qui ont touché la commune de Dinant le week-end dernier. Les autorités en ont interdit l'accès, la sécurité des visiteurs ne pouvant plus être être assurée.

Des tombes remplies de boue, des pierres tombales brisées avec des noms de famille coupés en 2, et une petite chapelle transpercée par un arbre... Toute une partie du cimetière de Bouvignes (Dinant) a été détruite par les intempéries qui ont touché la commune de Dinant le week-end dernier. L’échevin en charge des cimetières, Robert Closset, n’en revient toujours pas des dégâts: "On ne saura jamais la récupérer", dit-il la voix serrée en parlant de la chapelle totalement détruite. 

"C'est très impressionnant ! On voit vraiment la coulée de boue qui est descendue dans le bas du cimetière. Comme le cimetière est en contrebas, évidemment il reçoit tout", ajoute-t-il.

Fermé car trop risqué et inaccessible 

Le problème, c’est que ce glissement de terrain a fragilisé l’entrée du cimetière. Après analyse, la région wallonne a donc été obligée de le fermer pour garantir la sécurité des visiteurs. "Il y a des choses qui ne sont pas stables, des arbres qui risquent encore de tomber, encore des pierres qui risquent de reprendre la direction du talus ce qui est assez grave donc les autorités ne veulent pas prendre de risque. Puis il y a aussi la stabilité du terrain" qui est remise en cause, détaille Robert Closset.

Les habitants "choqués" et attristés 

Mais dans ce cimetière, de nombreuses familles du village s’y rendent régulièrement. Alors forcément, sa fermeture est un nouveau coup dur pour les habitants, déjà forts touchés par ces inondations. "Ça me fait de la peine parce que, quelque part, les personnes qui nous sont chères ont besoin de notre visite et nous aussi, on a besoin de pouvoir leur rendre visite", dit une habitante très attristée par l'état du cimetière.

"Ça m'a choqué", dit une autre résidente. Elle et son compagnon n'ont pas pu retenir leurs larmes en voyant le cimetière ravagé par les intempéries: "On a pleuré. De voir ça comme ça, ce désastre, ça nous a fait mal au coeur", disent-ils la voix nouée. 

Cette fermeture devrait malgré tout encore durer car les travaux seront longs. En attendant, les riverains dont les concessions familiales sont abimées ou détruites, sont invités à prendre contact avec leur assurance. 


 




 

Vos commentaires