En ce moment
 
 

A 30 ans, ce pharmacien lance ses propres produits de phytothérapie: "Ça existe depuis 5.000 ans"

A 30 ans, ce pharmacien lance ses propres produits de phytothérapie:
 
 

En plus des remplacements qu'il effectue dans certaines pharmacies, Thibaut, de Laeken, a construit à lui tout seul une petite entreprise baptisée Mizu & Kasai. Il nous explique son parcours, ce qu'il a aimé et ce qu'il a moins aimé.

De plus en plus, ces dernières années, l'idée de prendre soin de son corps en faisant attention à ce qu'on mange, boit et respire, a modifié nos comportements. De nombreuses études cliniques ont établi des liens entre notre mode de vie et l'augmentation de certaines pathologies, dont plusieurs cancers. Et de la même manière, les citoyens réfléchissent davantage aux "médicaments" au sens large, privilégiant l'utilisation de médecines dites plus "douces", voire plus "naturelles", même si ces adjectifs n'ont pas de fondement scientifique. C'est ce qui a inspiré Thibaut, un jeune pharmacien. Il a monté sa petite entreprise en 2020, baptisée Mizu & Kasai, et les produits sont disponibles depuis le début de l'année 2021.

Un pharmacien qui avait envie d'entreprendre

"J'ai 30 ans, et je suis pharmacien", commence le Bruxellois. "J'ai terminé mes études il y a trois ans. Je travaille en tant que pharmacien, je suis remplaçant dans des pharmacies, j'ai des contrats à droite et à gauche".

Les origines du projet ? "Mizu & Kasai, c'est le reflet de mes propres valeurs. On vit dans un monde où l'écologie est primordiale, on se recentre sur l'être humain. L'idée, je l'ai eue il y a un an et demi. Mizu & Kasai signifie l'eau et le feu. Une symbolique de l'équilibre et de la vie. Le logo, un dragon, symbolise la force, l'énergie et l'intelligence".

2020 fut donc une année très productive pour Thibaut: sa petite entreprise ("j'y ai mis toutes mes économies") est née, et elle commercialise via un site web et quelques pharmacies, des compléments alimentaires, "des produits 100% belge à base de plantes, vitamines et minéraux".

Thibaut a soigné certains détails pour être dans l'ère du temps: l'emballage est très soigné et confié à une entreprise de travail adapté, les produits fabriqués par un laboratoire sont "de qualité supérieure, sans excipient" (substance qui sert à incorporer des principes actifs dans un médicament), et les gélules sont végétales ("on est vegan").

On se rend compte depuis une dizaine d'années qu'à l'intérieur des plantes, il y a des molécules actives

Pourquoi la phytothérapie quand on est pharmacien ?

En tant que pharmacien toujours actif, Thibaut n'a donc rien contre les médicaments. "Il existe plusieurs médecines", explique-t-il. Les plus connues sont "l'allopathie, la médecine 'normale', par les médicaments. Un médecin fait un diagnostic, il prescrit un médicament, et puis en théorie, ça va mieux. Il y a également l'homéopathie, qui se base sur des dilutions extrêmement fortes" d'une substance qui, non diluée, provoquerait des symptômes similaires à ceux que l'on essaie de combattre.  

Mais il y a d'autres manières de prendre soin de son corps et de son esprit, et Thibault y est particulièrement sensible. "La phytothérapie, c'est le fait de se soigner par les plantes. Elle existe depuis 5.000 ans, c'est une médecine traditionnelle, donc basée sur la tradition et l'usage". A l'époque, donc, c'est un transfert de savoirs, de recettes, de mélanges, qui par ses effets positifs, a traversé les âges. "Ça, c'était avant. Aujourd'hui, on fait des études, des recherches, on se rend compte depuis une dizaine d'années qu'à l'intérieur des plantes, il y a des molécules actives, et on arrive à décrire le mode d'action de ces molécules, leurs effets sur le corps humain".

Un remplaçant pour les médicaments ? "Non, pas du tout, et il ne faut pas les comparer, les études sont très différentes d'études cliniques longue durée sur les effets d'un médicament. Les médecines alternatives ne vont pas remplacer l'allopathie, elles viennent en complément. Si un médecin vous prescrit des antibiotiques, il faut les prendre. Mais la phytothérapie peut aider dans plusieurs domaines, c'est d'ailleurs pour ça qu'on a divisé nos produits en 4 catégories: énergie, sommeil et relaxation, digestion et immunité".  


 
 
 Les bureaux de Thibaut, à Laeken

Quel a été le plus gros obstacle à surmonter pour créer l'entreprise ?

En 2020, "le principal obstacle, ça a été la mise sur le marché. On doit rendre un certain nombre de dossiers d'enregistrement pour mettre des produits sur le marché, c'est une obligation légale. On est enregistré au niveau du SPF Santé Publique, qui veut s'assurer que les produits que nous mettons sur le marché répondent à la législation". Ces démarches administratives, pas toujours simples, "c'est ce que m'a pris le plus de temps en 2020".

Et maintenant que tout est sur les rails, "il y a encore la comptabilité, la gestion des coûts car je fais tout en fond propre, et qu'il y a parfois des coûts cachés au niveau de la production, ce n'est pas toujours simple".

J'ai trouvé un laboratoire belge, qui a son propre comité de pharmaciens, je me suis assis autour de la table avec eux

Qu'est-ce qui a été le plus agréable ?

Ce qui a plu davantage à Thibault, "c'est l'entreprenariat", dit-il sans hésiter. "La gestion du projet: la production, le packaging réalisé en partenariat avec une dessinatrice, etc. Tout prend énormément de temps car je travaille tout seul sur le projet, même si ma compagne m'aide un peu".

Même le site web ne lui a coûté que du temps. "Je l'ai fait tout seul, mais aujourd'hui il existe des technologies pour faire des sites assez simplement. Si un jour, il faut un site plus perfectionné, avec des fonctionnalités plus spécifiques, à ce moment-là je ferai appel à des professionnels".

Pour les produits en tant que tels, il a fait appel à une entreprise. "J'ai trouvé un laboratoire belge, qui a son propre comité de pharmaciens. Je me suis assis autour de la table avec eux, et on a discuté des formulations qu'on voulait proposer. Dans la phytothérapie, il y a le choix des plantes, les molécules actives des plantes… on s'est mis d'accord pour voir ce qu'on allait mettre dans nos gélules, et quelles seraient les compositions les plus intéressantes pour le client".

Bien entendu, ce qui serait vraiment agréable pour Thibaut, c'est que son site web, lancé en janvier 2021, soit pris d'assaut. "On a eu pas mal de commandes en ligne, et on travaille déjà avec deux pharmacies et un centre d'esthétique".


 




 

Vos commentaires