En ce moment
 

Des dizaines d'automobilistes en panne: le fournisseur a inversé l'essence et le diesel dans cette station-service d'Andenne!

En début de semaine, Aurélia rentre du travail avec un réservoir presque vide. Elle décide donc, avant de rentrer chez elle, de faire un crochet par la station-service située près de chez elle. Mauvais calcul : ce plein d’essence va provoquer quelques soucis.

Devant le pistolet d’une pompe à essence, de nombreux conducteurs sont pris d’un doute. "Est-ce que j’ai bien sélectionné le bon carburant ? Est-ce que je ne me suis pas trompé ?". Tout ça pour éviter une erreur qui peut coûter cher : remplir son réservoir d’un carburant non-approprié. Lundi soir, quand Aurélia s’apprête à faire le plein, aucun doute ne l’habite. Sa voiture est équipée d’un moteur essence. Dans sa main : le pistolet estampillé 'essence'. Tout va bien.


"La voiture faisait des petits bonds"

Et pourtant, le lendemain, alors qu’elle veut quitter son lieu de travail pour rentrer à la maison, impossible de démarrer. "La voiture faisait des petits bonds, explique la presque trentenaire. Le moteur faisait un bruit bizarre, du coup j’ai appelé un dépanneur". Et ce dépanneur va poser un diagnostic au téléphone, sans même voir le véhicule. Quand Aurélie lui a exposé son problème, il a tout de suite demandé si elle avait fait le plein dans cette fameuse station essence situé à Seilles (Andenne), rue de Tramaka.

"Je suppose qu'ils se sont trompés entre l'essence et le diesel car j'ai fait le plein hier soir un peu avant 23h et me voilà remorquée pour rentrer chez moi" nous a écrit Aurélia, via le bouton orange Alertez-nous, une fois rentrée à la maison. Florian, lui aussi, a tenu à prévenir la rédaction : "Plusieurs automobilistes ont été victimes d’une erreur commise par le fournisseur de la station Esso à Andenne. Le fournisseur a, apparemment, inversé l’essence 95 et le diesel".


Le transporteur s'est trompé

Et cette supposition se confirme. "Lundi, vers 14h, notre transporteur a commis une erreur au moment de la livraison des carburants, détaille Gregory Claes, directeur technique du groupe qui gère cette station-essence. Il a inversé le diesel et l’eurosuper95". Dès les premières plaintes, les responsables ont fermé l’accès aux deux pompes incriminées (la livraison d’essence super 98, elle, s’est déroulée sans encombre) et ont procédé à des tests. Il a ensuite fallu nettoyer les cuves. "Mardi en fin d’après-midi, la vidange et le nettoyage de la cuve d’eurosuper était terminée. On espère pouvoir rouvrir le robinet au plus vite. En ce qui concerne le diesel, la vidange et le nettoyage sont en cours au moment où je vous parle. A priori, on pourra redémarrer la vente demain matin, après avoir procédé aux tests d’usage"

Difficile, pour le moment, de savoir combien de véhicules ont été touchés par cette erreur. Aurélia affirme que son dépanneur avait déjà remorqué quatre voitures avant la sienne, pour le même problème. Le garage qui répare le véhicule de Florian en a accueilli 3 autres pour une panne similaire. Sur base des différents témoignages reçus, on peut estimer que plusieurs dizains de véhicules ont été touchés.


Combien ça coûte ?

Voilà le problème identifié et en passe d’être réglé. Mais qu’en est-il des conséquences pour les conducteurs qui ont été lésés ? La mécanique peut souffrir de ce genre de mélange. "Si vous mettez le mauvais carburant dans le réservoir, vous ne faites pas 100 mètres, explique d’entrée David, garagiste à Woluwé en région bruxelloise. Si vous mettez du diesel dans un moteur essence, les bougies vont s’encrasser direct. S’il y a un filtre à carburant il faut remplacer le filtre. Il faut tout rincer… C’est fort gras le diesel. Déjà rincer et nettoyer le réservoir, ce n’est pas une mince affaire, cela demande pas mal de temps". Dans l’autre sens, les réparations sont un petit peu plus simple. "De l’essence dans un moteur diesel : il faut tout vider, changer de filtre et remettre le véhicule en route. C’est plus facile à nettoyer que le diesel parce que ça s’évapore un peu, c’est moins gras" ajoute notre garagiste.

Au niveau du prix, cette erreur du transporteur peut vous coûter cher. Entre le dépannage de la voiture, les réparations et éventuellement, le recyclage du carburant vicié.

Mais dans le cas qui nous occupe, les clients lésés n’ont pas de soucis à se faire. "Le transporteur a reconnu son erreur, détaille Grégory Claes. C’est son assurance qui va jouer. On est en train de rassembler toutes les informations nécessaires pour que nos clients puissent obtenir un remboursement, comme des devis de garagistes et les preuves de paiement du plein. On espère que l’assurance du transporteur remboursera les clients au plus vite. Nous n’hésiterons pas à faire pression si cela prend trop de temps".

Si vous vous trouvez parmi les clients lésés, n’hésitez d’ailleurs pas à contacter la société en utilisant l’adresse "info@ucarservices.be"


"C'est exceptionnellement rare"

Ce type de bourde n’arrive, heureusement pas souvent. "C’est exceptionnellement rare d’avoir ce genre de problème en station-service, assure Olivier Neirynck, directeur technique de la Fédération belge des négociants en combustibles et carburants. Les bouches de remplissage sur les stations sont clairement identifiées produit par produit. Les chauffeurs livreurs en station-service sont entraînés à éviter ce genre d’erreur". Parce que si les conséquences sont importantes pour les particuliers, elles le sont aussi pour celui qui exploite la pompe. "Pour le pompiste, même si c’est l’assurance du transporteur qui joue, il doit tout de même pomper le produit, tout nettoyer. Eventuellement recycler le carburant mélangé qui n’est plus utilisable…Cela peut coûter très cher !"

Vos commentaires