En ce moment
 
 

Gaëtan vend son Mac via Marketplace: il n'a jamais reçu l'argent car l'escroc lui a présenté... une fausse application bancaire

Gaëtan vend son Mac via Marketplace: il n'a jamais reçu l'argent car l'escroc lui a présenté... une fausse application bancaire
 
 

Un jeune Liégeois voulait vendre son ordinateur portable 1600€ sur internet, mais a été victime d'une escroquerie hors du commun. Le prétendu acheteur a fait le virement devant lui... sur une fausse application bancaire. Est-ce une nouvelle technique d'arnaque ? Comment s'en prémunir ?

Gaëtan connaît plutôt bien les méthodes des arnaqueurs… mais cette fois-ci, il s'est fait avoir. Surpris par l'escroquerie dont il a été victime, il a décidé d'appuyer sur le bouton orange Alertez-nous, pour conscientiser sur cette technique méconnue.

Souhaitant vendre son ordinateur à 1.600€, Gaëtan est passé par Market Place, la plateforme de vente en ligne de Facebook. Très vite, un utilisateur néerlandais réagit à son annonce : "Il m'a posé toutes les questions pour voir si l'ordinateur fonctionnait bien, s'il pouvait me recontacter, si jamais il y avait un problème. Tout avait l'air honnête", raconte le jeune liégeois.

Mac-illu

Une date est fixée pour la rencontre, mais l'acheteur prévient Gaëtan qu'il souhaite payer par virement bancaire : "J'ai dit que je préfère le payement en liquide, parce que je n'ai pas envie de me faire avoir. Il m'a dit 'non ne vous inquiétez pas, vous pouvez prendre une photo de mon compte avec le virement, et une photo de ma carte d'identité". Le jour de la rencontre, tout se passe, a priori, comme prévu : "Il a fait le virement devant moi, il a même caché un peu son téléphone quand il faisait son soi-disant code secret".

"Je ne savais même pas que ça existait"

Les jours passent, mais les 1.600€ attendus n'arrivent pas. Malgré les relances successives, le néerlandais ne répond plus et finit par bloquer Gaëtan sur Facebook. En se renseignant, il se rend compte de ce qui lui est arrivé : "En fait, tout était faux ! Je ne savais même pas que ça existait. C'était une fausse application bancaire où il a généré un faux virement. Il n'y a jamais eu de payement qui a été fait", regrette Gaëtan.

La victime raconte que l'application que le voleur a utilisée ressemble à s'y méprendre à une vraie : "L'arnaque est tellement bien faite qu'il y a même un faux historique avec d'autres payements. Tout est fait pour mettre en confiance, c'est hallucinant".

fausse-appli-bancaire

Le numéro de compte bancaire de l'escroc n'existe en réalité pas, mais ce même IBAN apparaît dans des témoignages sur internet : "Samedi dernier, un garçon m'a acheté un ordinateur portable et a transféré l'argent via son application, l'argent n'a toujours pas été déposé sur mon compte bancaire belge. Quand recevrai-je mon argent ?" a écrit une personne néerlandophone. En ce qui concerne la carte d'identité prise en photo, Gaëtan assure qu'après inspection, elle ne correspond pas à l'homme rencontré.

En plein déménagement, Gaëtan et son compagnon se retrouvent dans l'embarras : "On est jeunes, c'est de l'argent dont on avait besoin. 1.600€, c'est plus d'un mois de salaire pour moi. Aujourd'hui, je n'ai plus d'ordinateur et je n'ai plus l'argent pour en acheter un nouveau" déplore-t-il. Son premier reflex a été de contacter son commissariat de police, qui lui a signifié que les chances de retrouver l'homme qui l'a escroqué sont minimes. C'est la raison pour laquelle Gaëtan a décidé de ne pas porter plainte.

Un nouveau phénomène ?

Pour en savoir plus, nous avons contacté les autorités. Cette nouvelle méthode n'est pas encore connue de la police fédérale, ni du SPF Economie, mais existe bel et bien : la banque néerlandaise qui a été usurpée la cite sur son site internet. Selon la Federal Computer Crime Unit, ces applications contrefaites pourraient venir du dark web, donc de cet internet sous-terrain et anonyme, où des choses parfaitement illicites se passent.

Il faut être très prudent. Il y a des moyens très simples pour que ça n'arrive pas.

L'escroquerie est peu répandue, selon le porte-parole de Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, mais il est possible de s'en prémunir : "Il faut être très prudent. Il y a des moyens très simples pour que ça n'arrive pas. On recommande le virement instantané. En quelques secondes, le virement est effectué. Là, il y a une certitude puisque chacun vérifie sur son téléphone si le virement est bien arrivé, et on peut être sûr que l'on ne s'est pas fait avoir. Il y a parfois un supplément à payer, mais certaines banques l'incluent dans leur package. D'autres non, mais ce ne sont que quelques centimes", explique Rodolphe de Pierpont.

D'autres moyens existent comme Payconiq. Cette application génère un QR code à scanner par l'acheteur. Cette méthode est cependant limitée à 250€ pour les paiements entre particuliers, et 1.500€ pour les commerçants. Finalement, Gaëtan a eu raison de se méfier car dans ces cas là, la meilleure option reste le paiement en espèces.

Les personnes arnaquées de la sorte n'ont qu'une seule option : "Il faut aller se plaindre à la police, car c'est punissable. C'est à la fois de l'usage de faux, car l'application est contrefaite, et du vol, il y a deux infractions pénales" conclut Rodolphe de Pierpont.

Bien qu'il soit difficile de retrouver les auteurs de ces actes, le dépôt de plainte permettra de faire des liens entre des cas similaires, et d'ouvrir une enquête.


 

Vos commentaires