En ce moment
 
 

Les smartphones transforment parfois les SMS en MMS (beaucoup plus chers): pourquoi et comment l'empêcher?

Les smartphones transforment parfois les SMS en MMS (beaucoup plus chers): pourquoi et comment l'empêcher?

Pour une obscure raison, certains smartphones, quand vous envoyez un message SMS très long (et 'divisé' en trois SMS), transforme le message texte que vous souhaitez envoyer en MMS, un message multimédia qui n'est pas repris dans votre forfait, et qui est facturé 50 centimes. Au-delà de ce coût inutile, il y a la question que se pose Elodie: cela n'encourage-t-il pas les jeunes à écrire encore plus mal ?

Un SMS qui se transforme en MMS. Nous sommes nombreux à avoir déjà connu cette modification automatique d'un message que nous envoyons et qui entraîne une importante hausse de son prix.

Pour Elodie, qui nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous, c'est un élément de plus qui pousse les jeunes à écrire n'importe comment. Explications.


Pourquoi un SMS se transforme-t-il en MMS, comment peut-on l'empêcher?

Le problème de transformation automatique des SMS en MMS est assez complexe. En effet, cela se fait au niveau du téléphone, et non de l'opérateur, comme le pensait Elodie. Et comme à côté de l'iPhone d'Apple, il existe de très nombreux constructeurs utilisant le système Android, gérant eux-mêmes l'envoi et la réception des SMS, cette transformation est assez aléatoire. Certains smartphones le font, d'autres pas.

Le problème est lié au fait qu'un caractère spécial comme le caractère "à" équivaut à une quarantaine de caractères dits 'normaux' dans le codage archaïque de la transmission d'un SMS. Dès lors, quand vous écrivez un long SMS, qui contient de nombreux caractères spéciaux, vous atteignez rapidement les 3 SMS, limite au-delà de laquelle le téléphone, parfois, transforme le SMS en MMS. Qui vous est normalement facturé 50 centimes environ par l'opérateur.

Si vous êtes concerné par le problème, il y a plusieurs paramètres à (essayer de) modifier. Ouvrez votre application SMS, cherchez les petits points ou la petite ligne ouvrant le menu contextuel, et l'accès aux paramètres (voire aux paramètres avancés). Le plus simple est de désactiver l'envoi/la réception de MMS, si c'est possible. L'autre solution est de limiter le 'mode de création' des messages, à savoir de le mettre en 'alphabet' ou 'mode de création limité', voir 'interdit' chez certains constructeurs.

Bref, l'idée est d'essayer d'empêcher votre téléphone de transformer vos SMS en MMS…

Appelés à disparaître

Comme vous le savez, le SMS (et le MMS, pour ceux qui l'utilisent encore…) est progressivement remplacé par les applications de messagerie instantanée, nettement plus performantes et complètes.

Deux raisons expliquent cela. Tout d'abord, le smartphone a réalisé une grosse percée ces dernières années, et n'est plus du tout réservé aux geeks. C'est devenu un outil de tous les jours, dont les prix et caractéristiques sont très diversifiés (cela va de 100 à 1.000€). Quant aux innombrables applications disponibles, elles deviennent de plus en plus indispensables. Les smartphones ont remplacé une grande partie des tâches de l'ordinateur, qui bientôt ne servira plus qu'à travailler…

L'autre raison, c'est l'amélioration de la qualité et de la disponibilité de l'internet mobile (3G, 4G, bientôt 5G). Couplé à une baisse de son prix et une augmentation de son quota mensuel, il a boosté l'utilisation des réseaux sociaux et des services de messagerie instantanée. WhatsApp et Facebook Messenger, les plus utilisés, remplacent déjà progressivement (mais rapidement) le SMS et le MMS. Discussion en groupe, envoi de photo ou de vidéo, appel vocal ou vidéo… ces applis sont diablement complètes et permettent une communication d'une richesse sans précédent. Et tout cela gratuitement, qui plus est, tant que vous ne dépassez pas votre quota mensuel (ou que vous êtes sur un réseau Wi-Fi).


screenshots

A gauche, les paramètres de l'application SMS à modifier. A droite, le smartphone d'Elodie qui est sur le point de transformer son SMS en MMS.

Communication numérique: les jeunes prennent de moins en moins la peine d'orthographier correctement

L'excuse des SMS se transformant en MMS, pour tous les jeunes qui écrivent mal, n'en sera donc bientôt plus une.

En effet, on ne cesse de répéter que nos jeunes écrivent de moins en moins bien. Il suffit de passer quelques minutes sur les réseaux sociaux pour se rendre compte que les jeunes générations prennent de moins en moins souvent la peine d'orthographier correctement ce qu'ils écrivent.

Mots tronqués ou écrits phonétiquement, abréviations récurrentes, pas d'accentuation ni de ponctuation… c'est parfois difficile pour un adulte de déchiffrer le langage jeune.

Il y a plusieurs raisons qui expliquent cela, mais la principale est sans conteste le fait que les jeunes s'envoient nettement plus de messages écrits qu'auparavant. L'arrivée du GSM et des SMS dans les années 90, puis la transformation numérique de nos moyens de communications (messagerie instantanée, réseaux sociaux, emails), ont remplacé le coup de téléphone.

Les jeunes écrivent beaucoup et souvent, et prennent donc moins la peine, alors qu'ils sont encore pour certains au stade de l'apprentissage, de faire attention à l'orthographe, la conjugaison et la grammaire…

Elodie est "déçue des smartphones et des opérateurs"

Et selon Elodie, 28 ans et originaire de la région de Charleroi, il y a une précision supplémentaire à apporter. "On dit que nos jeunes écrivent de plus en plus mal au niveau orthographe et grammaire, mais je suis de plus en plus déçue de me rendre compte que nos smartphones ou opérateurs nous font passer le SMS en MMS (MultiMedia Message, qui servait à l'époque à envoyer des petites photos, vidéos ou séquences sonores, NDLR) dès qu'il y a des symboles comme les accents circonflexes, les trémas et les cédilles. Cela devrait être gratuit!", nous a-t-elle écrit via le bouton orange Alertez-nous.

Conséquence: "Cela m'oblige au final à mal écrire"…

En effet, sa réflexion est pertinente. Devoir limiter le nombre de caractères (on retrouve ça sur Twitter, le réseau social où les messages postés sont limités à 144 caractères), ou les caractères spéciaux (c'est propre aux SMS), pousse davantage les utilisateurs à revoir leur manière d'écrire certains mots, de tourner certaines phrases. Avec à la clé, des mots mal orthographiés, des phrases mal rédigées.

Vos commentaires