En ce moment
 

Pour son 140e anniversaire, le musée Grévin lance un escape game: "Une expérience supplémentaire aux visiteurs"

Pour son 140e anniversaire, le musée Grévin lance un escape game: "Une expérience supplémentaire aux visiteurs"
© ISOPIX
 
 

Inauguré en 1882, le musée Grévin succombe à la mode de l'"escape game" avec deux scénarios originaux, l'un pour les enfants et l'autre réservé aux plus de 18 ans à l'occasion d'une plongée dans la Belle Époque. Depuis quelques années, Grévin, l'un des hauts lieux touristiques parisiens avec plus 700.000 visiteurs chaque année, offre déjà une "immersion interactive" en passant "d'un musée à voir à un musée à vivre", à l'occasion d'animations autour de ses célèbres personnages de cire historiques ou contemporains.

En plus des galeries, Grévin propose jusqu'en juillet des jeux de rôles et un "escape game" crées par Sculpteurs de rêves, le collectif déjà à l'origine de l'adaptation en jeu immersif de la série à succès "Le Bureau des légendes". "L'Armoire aux rêves", l'un des rares "escape games" accessibles à des enfants non accompagnés, offre ainsi une expérience de spiritisme à la rencontre du célèbre magicien Houdini.

Pour les adultes, Grévin ouvre en soirée les portes d'un bar secret, belle reconstitution d'un tripot de la Belle Époque. Portée par 8 comédiens incarnant "l'univers du grand banditisme parisien du début des années 1900", l'immersion commence dès la file d'attente avec une distribution de petits papiers assignant à chaque joueur une nouvelle identité (forgeron, ramasseur de mégots, prostituée...), à la rencontre des deux plus célèbres bandes du Boulevard du crime: les "Loups de la Butte" et les "Tombeurs de la Goutte d'Or".

Passées les portes du bar, les participants peuvent consommer charcuterie et boissons d'époque, tout en s'imprégnant d'une ambiance "'Peaky Blinders' à la française" où, baignés dans une fumée rougeâtre, les "Apaches" dansent, chantent, s'amourachent et se battent sur fond d'accordéon. Un meurtre se produit et il revient aux visiteurs de découvrir le nom du coupable et ses motivations, pendant 90 minutes entrecoupées de rebondissements, divertissements et énigmes qui cimentent le contexte de l'époque.

Du fait des thèmes abordés et de la possible consommation d'alcool, l'expérience n'est accessible qu'aux personnes majeures et limitée à 60 participants chaque soir. "Le but est de proposer aux participants l'immersion la plus totale, en leur permettant de déconnecter complètement du quotidien pour aller dans un autre monde", a expliqué à l'AFP Thibault Paquin, l'un des responsables de Sculpteurs de Rêves.

Pour Yves Delhommeau, directeur général de Grévin, "ouvrir le musée de cire aux jeux de rôles permet d'offrir une expérience supplémentaire aux visiteurs, tout en encourageant le spectacle vivant".


 

Vos commentaires