En ce moment
 

En Suède, un couple veut appeler son fils Vladimir Poutine, les autorités refusent et INTERDISENT ce prénom

En Suède, un couple veut appeler son fils Vladimir Poutine, les autorités refusent et INTERDISENT ce prénom
© Belga Images
 
 

Un couple suédois, originaire de Laholm, ne pourra pas appeler son fils Vladimir Poutine, à l'instar du chef d'Etat russe, a tranché l'instance du pays en charge de l'enregistrement des prénoms des nouveaux nés.

C'est un nom un peu particulier que ce couple de suédois souhaitait donner à leur enfant... Mais ils ont été stoppé par les autorités du pays qui leur ont interdit d'appeler leur fils avec le prénom qu'ils avaient choisi. Et pour cause, le couple souhaitait le nommer "Vladimir Poutine". Les autorités suédoises ont tranché et l'ont interdit de l'appeler ainsi, inscrivant le prénom sur la liste des noms interdits en Suède.

Skatteverket, l’administration fiscale à qui les naissances doivent être déclarées en Suède, avait également refusé d’enregistrer les prénoms Allah, Q, Ford et Pilzner soumis par d’autres parents, et les avaient inscrit sur cette fameuse liste. En revanche, les prénoms Metallica et Google ont été acceptés. Ainsi, en 2005, un couple de suédois avait décidé d'appeler leur enfant Google... 

Les parents dont les choix de prénoms ont été rejetés doivent donc en proposer un autre qui corresponde aux critères d’acceptabilité du pays. La loi suédoise sur le sujet, votée en 1982 et modernisée en 2017, interdit les prénoms similaires à des noms de famille, offensants ou encore risquant de gêner l'enfant ou de leur porter préjudice. Elle rend aussi illégaux "?les noms qui ne peuvent pas être utilisés comme prénoms pour des raisons évidentes?".

La loi s’applique aux bébés venant de naître ainsi qu’aux Suédois adultes qui voudraient changer de nom. Le couple de Laholm dont le choix de prénom a été refusé, a expliqué ne pas comprendre laquelle de ces règles ils enfreignaient en voulant appeler leur enfant Vladimir Poutine, à l'instar du chef d'Etat russe... 


 




 

Vos commentaires