En ce moment
 

Une otarie s'introduit dans leur maison: leur chat, terrifié, s'enfuit et se cache chez le voisin

Une otarie s'introduit dans leur maison: leur chat, terrifié, s'enfuit et se cache chez le voisin
© Phil Ross - Reuters
 
 

Une otarie s'est introduite chez les Ross, une famille néo-zélandaise, mercredi matin. L'animal est entré par la chatière du domicile situé à Mount Maunganui, relate le Guardian. Il a traîné dans le couloir pendant quelques heures pendant que les enfants dormaient à l'étage. Sa présence a terrorisé le chat des propriétaires.


© Phil Ross

La famille Ross a été plus que surprise de trouver l'otarie à fourrure de Nouvelle-Zélande dans sa maison située à environ 150 mètres de la plage.

Phil Ross, qui est biologiste marin à l'Université de Waikato, a déclaré qu'il était malheureux d'être le seul absent à ce moment-là.

Sa femme, Jenn, et ses deux enfants, Noah et Ari, étaient à la maison lorsqu'ils ont reçu ce visiteur inattendu.


 
© Phil Ross

L'animal, que Phil a identifié comme étant une otarie à fourrure néo-zélandaise de 10 mois, a réussi à entrer dans la maison par la chatière et à terroriser le chat de la famille, mais Phil pense que le chat est le principal responsable.


 
© Phil Ross
 

"Je n'avais jamais entendu parler d'otaries qui passaient par les chatières, mais je pense que c'est la faute de notre chat, Coco. Coco est assez territorial et a tendance à s'en prendre aux chiens. J'imagine qu'il a donné un coup à l'otarie, qui n'a pas reculé, puis l'a poursuivi sur le côté de la maison et à travers deux chatières, dans le garage puis dans la partie inférieure de notre maison. Coco s'est caché chez le voisin et ne voulait pas rentrer à la maison tant que l'otarie n'était pas partie. Le lendemain, il ne voulait pas descendre au rez-de-chaussée. Nous n'avons pas vu l'interaction entre le phoque et le chat, mais c'était clairement quelque chose que Coco n'appréciait pas", a déclaré Phil à FOX TV Stations.


 © Phil Ross

"En hiver, il y a souvent beaucoup d'otaries sur certains de mes sites de recherche, et je les vois donc souvent sous l'eau. J'essaie de les éviter sur terre, car ils peuvent être assez grognons. L'ironie de la situation est que c'est probablement la seule urgence familiale où il serait utile d'avoir un biologiste marin à la maison et je n'étais pas là. J'ai complètement raté mon heure de gloire", plaisante Phil.

L'animal est resté dans la maison pendant environ 90 minutes avant que Jenn ne puisse l'emmener à l'extérieur où il a été capturé par un garde forestier du ministère de la Conservation. Le phoque a été relâché en toute sécurité dans un estuaire, a déclaré Phil. "Jenn, ma femme, est très calme dans ces situations et a parfaitement géré la situation", poursuit-il.


 
© Phil Ross

"Il est très fréquent que de jeunes otaries se retrouvent sur des portions de côte inhabituelles à cette époque de l'année. Les jeunes commencent à être sevrés, à se débrouiller seuls, et comme la plupart des adolescents, ils peuvent prendre de mauvaises décisions quant à l'endroit où ils se retrouvent. Nous venons d'essuyer une tempête assez importante, et un certain nombre d'otaries se retrouvent sur la plage pour se reposer et récupérer, avant de repartir en mer. Cette otarie en particulier était manifestement en bonne condition et a décidé d'aller explorer les dunes de sable et les rues et maisons voisines", explique Phil.

 
© Phil Ross

Selon Phil, les otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande ont presque été chassées jusqu'à l'extinction dans les années 1800. Mais depuis qu'elles sont protégées par la loi de 1978 sur la protection des mammifères marins, leur nombre a augmenté et les populations s'étendent à nouveau dans les zones qu'elles occupaient autrefois.

"Le défi est que cela entraîne de plus en plus d'interactions entre les phoques et les humains, et potentiellement un peu de conflit lorsque les humains et les phoques veulent les mêmes ressources (poissons) ou occuper les mêmes parcelles de propriété côtière", précise-t-il.


 

Vos commentaires