En ce moment
 

"Je suis hypocondriaque": Michel Leeb ose avouer quelques-unes de ses peurs (vidéo)

 
 

Michel Leeb était l'invité d'Alix Battard sur le plateau de RTL INFO "Avec Vous" ce midi. L'humoriste a présenté sa nouvelle pièce de théâtre "Inavouable". Mais sur le plateau, il a osé avouer quelques-unes de ses peurs. Michel Leeb a plein de "petites peurs", explique-t-il.

A commencer par la peur de la maladie, dit-il : "Je suis hypocondriaque. Le moindre petit bobo, c’est grave. Le moindre mal de tête, c’est grave. J’ai tout de suite peur que ce soit très grave !" L'épidémie de coronavirus, pour lui, "c'est terrible". "Je fais très attention. Je dors même avec un masque", dit-il le plus sérieusement du monde. Sa femme, elle, n'hésite pas à lui dire quand elle en a marre, explique-t-il : "Quand j’ai un petit soucis et que j’ai une oppression la nuit et que je lui dis que je vais appeler un médecin, elle me répond 'tu m’emmerdes'. Au moins c’est clair", dit-il en rigolant. 

Si "inavouable" est le nom de sa pièce, cela n'a pas empêché Michel Leeb d'avouer pas mal de ses peurs sur le plateau de RTL INFO. Ainsi, on apprend que l'humoriste a une peur bleue de l'avion, et qu'il est même claustrophobe: "J’aime pas l’avion, j’aime pas les téléphériques, etc. J’aime pas tout ça, je déteste l’enfermement", a-t-il développé. 

D'ailleurs, même lorsqu'il sera décédé, il ne voudra pas "être enfermé" dans un cercueil: "Je veux être éparpillé, dans la vie, dans le monde, où on veut"

Michel Leeb a ensuite parlé de son avenir d'acteur et de sa vie. Et la retraite, ça n'est clairement pas pour lui ! "Pour nous les acteurs, être a la retraite, ce n’est pas possible ! Ça n’existe pas, on veut mourir sur scène", a-t-il déclaré. "A la dernière seconde de ma vie, deux choses vont me manquer : le sourire de mes enfants et les rires du public", a-t-il avoué. 

Retrouvez Michel Leeb en tournée dans toute la Belgique : le 30 janvier au palais des Beaux-Arts de Charleroi, le 1er février au Forum de Liège, le 2 février au Cirque Royal, le 22 mars au Théâtre Royal de Mons et le 23 mars à l'Aula Magna de Louvain-la-Neuve.


 




 

Vos commentaires