En ce moment
 

Audition de Bertrand Cantat par la justice après la mort de Marie Trintignant: les images dévoilées 16 ans après

Audition de Bertrand Cantat par la justice après la mort de Marie Trintignant: les images dévoilées 16 ans après
(c) AFP
Bertrand Cantat

Des images inédites de l’audition de Bertrand Cantat par la justice lituanienne vont être diffusées dans Indices mercredi 27 novembre. A l’occasion de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes, le magazine revient sur la mort de Marie Trintignant.

En août 2003, Bertrand Cantat et Marie Trintignant sont en Lituanie lorsque le chanteur tue sa compagne. Indices s’est procuré les images des auditions devant les juges lituaniens les 8 et 21 août 2003. Quelques minutes sur ces six heures de confrontations seront diffusées dans un numéro spécial d'Indices sur RTL-TVI mercredi 27 novembre.

J’ai la culpabilité profonde d’avoir tué la personne sans laquelle je suis incapable de vivre

Bertrand Cantat explique que la dispute a dégénéré. "Elle est devenue très agressive, très hystérique et elle m’a frappé d’un coup de poing au visage. Elle m’a donné un coup de poing et ensuite m’a agrippé le cou… J’avais des traces partout." Il témoigne d’un moment de folie.

"Je suis entré dans une colère noire et à partir de là, je lui ai mis des claques. Et pas des petites baffes. Je ne peux pas mentir. C’est des grandes baffes et j’avais des bagues à mes doigts." Le chanteur finit par la lancer, Marie Trintignant tombe à terre. Elle perd connaissance autour d’1h du matin. Son compagnon n’appelle les secours que 6 heures plus tard. Les médecins ne parviennent pas à la sauver. Elle est rapatriée en France en état de mort cérébrale.

Elle me répondait toujours ‘On ne s’aime jamais trop’

Bertrand Cantat risquait 15 ans de réclusion. Il a finalement été condamné à huit ans de prison en Lituanie pour coups mortels sur sa compagne. Transféré en France, il a été libéré en 2007, après avoir purgé plus de la moitié de sa peine en détention, et est resté soumis plusieurs années à un devoir de discrétion.

 

Vos commentaires